Le gouvernement veut pouvoir prolonger le pass sanitaire jusqu'à l'été prochain

  • Le pass sanitaire devrait pouvoir être abandonné "en cas d'évolution [épidémique] favorable", de manière provisoire ou définitive.
    Le pass sanitaire devrait pouvoir être abandonné "en cas d'évolution [épidémique] favorable", de manière provisoire ou définitive. Repro CPA
Publié le

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a annoncé ce mercredi 13 octobre, à la sortie du Conseil des ministres, que le gouvernement devait "garder à disposition des mesures de freinage".

Pas de «désarmement sanitaire». Gabriel Attal a annoncé ce mercredi que l'exécutif prévoir un texte de loi laissant la possibilité d’activer l’état d’urgence sanitaire, ainsi que de maintenir le pass sanitaire, jusqu’au 31 juillet prochain. L’hiver étant «propice à la reprise épidémique», «nous devons pouvoir activer à tout moment les dispositifs sanitaires sans perdre de temps», a argumenté le porte-parole du gouvernement, à la sortie du conseil des ministres qui a suivi celui de défense sanitaire.

Alors que le pass sanitaire est censé prendre fin le 15 novembre, avec ce nouveau projet de loi, le gouvernement veut se laisser la possibilité, «si la situation sanitaire s’aggravait» dans les mois à venir, «d’encadrer l’activité des établissements recevant du public et de pouvoir rétablir l’état d’urgence sanitaire pour une période d’un mois». Des mesures de «renforcement de lutte contre la fraude au pass sanitaire» et des aides économiques sont également au programme, ainsi que la prolongation de l'état d'urgence en Guyane «jusqu’à la fin de l’année», a indiqué Attal.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?