Quand l’Aveyron diversifie ses canaux pour promouvoir le tourisme sur ses terres

  • Benjamin Martinie alias Tolt était de passage sur le Rougier de Camarès à la fin de l’été.
    Benjamin Martinie alias Tolt était de passage sur le Rougier de Camarès à la fin de l’été. M.L.
Publié le

Sur les salons ou via des personnalités du net, l’Agence de développement touristique de l'Aveyron (ADT) multiplie les opérations séduction.

A lire aussi : Tourisme : "N’allez pas en Aveyron, il n’y a rien à voir, ni rien à faire"

Les dernières campagnes publicitaires de l’Agence de développement touristique (ADT) de l’Aveyron ont fait parler d’elles, en comparant notamment des destinations lointaines comme le Sahara, l’Écosse ou la Slovénie au Rougier, à Sévérac-d’Aveyron ou à Sylvanès.

L’ADT n’en est pas à son premier coup d’essai pour promouvoir le tourisme sur ses terres. Si les voyages de presse et les rendez-vous avec les blogueurs échelonnent toujours le calendrier des responsables de cette promotion touristique, ces derniers n’hésitent pas à surfer sur les tendances du moment.

Présente sur "le premier événement VTT au monde", le Roc d’Azur à Fréjus, la championne millavoise Marine Cabirou a également fait un arrêt sur le stand de l’ADT. L’agence n’hésite pas non plus à se rapprocher de personnalités de Youtube.

Dernière en date, Benjamin Martinie, alias Tolt, venu filmer un dense programme de cinq jours dans le département dans le cadre d’un accord régional avec les voisins du Lot et de la Lozère. "L’objectif est de rajeunir la clientèle et de casser l’image campagnarde qui colle à l’Aveyron, le tout avec un ton décalé", explique-t-on dans les coulisses de l’ADT.

"On s’est rencontrés autour d’un atelier presse et j’ai tout de suite accroché au projet", explique Tolt, dont la chaîne Youtube affiche près de 67 000 abonnés, autour de son émission "N’allez pas en…".

De l’étranger aux départements ruraux

"Cela faisait des années que j’avais une série sur des voyages à l’étranger dont un en Iran où j’ai voulu casser les préjugés, raconte le Parisien de 30 ans. Le Covid-19 a accéléré les choses et je me suis lancé sur des départements dits ruraux comme la Creuse", vidéo de 16 minutes qui comptabilise plus de 61 000 vues.

Celui qui n’avait fait que traverser le viaduc de Millau a d’abord listé les "clichés à tordre le cou" pour que l’ADT lui construise un itinéraire. Avec son cadreur, Tolt a commencé son périple à Laguiole avec Sébastien Bras pour aller sur l’Aubrac, au canyon de Bozouls avant de redescendre à Millau et découvrir le Larzac via La Couvertoirade, le Rougier de Camarès, les lacs du Lévézou, un retour en préfecture, avant une expérience en parapente à Millau pour repartir à Marcillac, Villefranche-de-Rouergue et Conques. "Il n’y a pas que de la campagne et de l’aligot à manger ici", pointe Audrey Carles, chargée de relations pour l’ADT.

"J’ai beaucoup aimé, souligne Benjamin Martinie. Il faut partir avec l’esprit ouvert pour ne rien manquer." Si la trame du film prévu en décembre est connue dans ses grandes lignes, les dessous financiers de ce partenariat veulent rester "discrets".

Une avant-première est dans les tuyaux à Paris, où les retours positifs de la communauté du youtubeur seront sondés. Avant le grand voyage ?

Une visite sans préproduction

Pour ce genre de vidéos, Benjamin Martinie ne réalise pas de travail de préproduction "pour une découverte totale sur le moment et créer la surprise". Pour alimenter ses prises de vues, l’ADT fournit aussi des images d’illustration d’événements ponctuels.
De son côté, cette dernière veut mettre l’accent sur "l’attractivité du territoire avec des appuis sportifs ou issus de la gastronomie". En attendant la sortie de la vidéo, l’ADT est tournée vers le printemps prochain pour accueillir de nouveaux ambassadeurs du net.

Loïc Bailles
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?