Verspillings Fabriek, l'usine de soupe responsable

  • Verspillings Fabriek, l'usine de soupe responsable
    Verspillings Fabriek, l'usine de soupe responsable Energy Observer productions
Publié le

(ETX Daily Up) - Pour réduire le gaspillage alimentaire, Verspillings Fabriek, une entreprise néerlandaise a eu l'idée de racheter le surplus alimentaire d'usines et de restaurants, notamment les fruits et légumes invendables à cause de leur forme non standard. Les produits récupérés sont transformés en soupe et en sauce, puis vendus aux supermarchés et aux restaurants.

Réduire le gaspillage alimentaire, avant même la commercialisation des produits, c'est la mission de Verspillings Fabriek. Chaque année, l'usine sauve de la poubelle près de 200 tonnes de légumes non calibrés ou issus des chutes de la restauration, pour en faire de délicieuses soupes et ketchup.

Le gaspillage alimentaire en chiffres

Le gaspillage alimentaire connait des chiffres astronomiques. S'il était considéré comme un pays, il serait le troisième plus gros émetteur de gaz à effet de serre. Aux Pays-Bas, l'équivalent d'au moins cinq milliards d'euros de nourriture est gaspillé chaque année. Un chiffre déjà conséquent, avant même que nos aliments soient mis en vente. En effet, lorsque les fruits et légumes sortent des normes de consommation (calibre trop gros, "esthétique" discutable...), ces derniers sont jetés, alors qu'ils restent tout à fait bons à la consommation.

Verspillings Fabriek, l'usine de surplus alimentaire

Verspillings Fabriek est une entreprise hollandaise qui lutte contre ce gaspillage. Elle récupère des surplus alimentaires, comme des tomates, des carottes ou des oignons, de la part de quarante usines et restaurants. Ils sont ensuite transformés en délicieuses soupes destinées à la vente. En 2018, Verpsillings Fabriek a réussi à récupérer environ 200 tonnes de légumes, atteignant près de 750 tonnes en trois ans.

En outre, l'entreprise remplit une fonction sociale en employant principalement des individus généralement mis à l'écart du marché du travail. L'entreprise leur offre la sécurité d'un emploi stable, œuvrant à une société inclusive et écologiquement responsable.

Energy Observer est à l'origine le nom du premier navire autonome en énergie à la fois plaidoyer et laboratoire de la transition écologique. Sillonnant les mers sans pollution atmosphérique ni sonore pour les écosystèmes marins, Energy Observer part à la rencontre de femmes et d'hommes qui consacrent leur énergie à la création de solutions durables pour un monde plus harmonieux et qui répondent aux enjeux des 17 Objectifs de développement durable. Pour en savoir plus : www.energy-observer.media/fr/solutions

ETX Daily Up
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?