Quand Jean Castex offre le maillot de Lionel Messi au pape François !

  • Un maillot de Messi sous les couleurs du PSG. Un maillot de Messi sous les couleurs du PSG.
    Un maillot de Messi sous les couleurs du PSG. Repro CP - DR - Twitter
Publié le , mis à jour

Le Premier ministre français a rendu visite au souverain pontife ce lundi 18 octobre pour parler pourtant d'un sujet autrement plus délicat : le rapport Sauvé sur la pédocriminalité. Mais on n'est pas obligé d'être sérieux tout le temps...
 

Le Premier ministre Jean Castex savait la passion du pape François pour le ballon rond. Le souverain pontife d'origine argentine ne l'a d'ailleurs jamais caché. Aussi, en visite au vatican pour rencontrer le pape sur le douloureux sujet du rapport Sauvé sur la pédocriminalité dans l'église catholique française, Jean Castex a amené dans ses bagages un cadeau original pour son hôte : le maillot dédicacé de Lionel Messi, a rapporté le Hufftington Post. Le pape François a tantôt estimé que Messi était meilleur que Maradonna ou Pelé à leur époque, et lorsqu'un rajoute un "e" à Messi pour faire Messie, il se dit "compréhensif".

Autre cadeau de Jean Castex, une édition de 1836 de "Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo. Le premier ministre a reçu en retour un mosaïque représentant des vignerons sur laquelle il y a écrit  “Que le fruit des vignes et du travail de l’homme devienne pour nous le breuvage du salut”. Est-ce à dire que le souverain pontife suit à distance les vendanges qui se déroulent en France ?

Le pape "fait confiance en l'Eglise de France"

Les amabilités mises de côté Jean Castex et le pape François ont donc évoqué lors de cet entretien de 35 minutes le rapport Sauvé"Son discours consiste à dire que c'est courageux de la part de l'Eglise de France d'avoir fait son travail. Il fait confiance à l'Eglise de France pour tirer les conclusions. Il se réjouit qu'il n'y ait pas de déni" , a déclaré le Premier ministre à l'issue de l'audience. Ajoutant, selon France Info citant l'AFP, que "la séparation de l'Eglise et de l'Etat, ce n'est en aucun cas la séparation de l'Eglise et de la loi".

Jean Castex a également précisé que " l'Eglise ne reviendra pas sur le dogme du secret de la confession. Mais il faut à tout prix trouver les voies et moyens pour concilier cela avec le droit pénal, le droit des victimes (...)", et que le pape François en avait tout à fait conscience.

 

L. R.
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?