Villefranche-de-Rouergue : l’agneau bio de la ferme de Javy

  • Jacques est confiant : il faut du temps pour fidéliser une clientèle mais ses produits parlent pour lui.
    Jacques est confiant : il faut du temps pour fidéliser une clientèle mais ses produits parlent pour lui. D. D.
Publié le

Nouveau venu sur le marché de Villefranche, ce producteur bio de Centrès n’en est pas à son coup d’essai. Au menu de l’agneau de plein air élevé à l’herbe et à l’orge servi place Lescure.

L’homme est affable et le sourire amène qu’il promène sur la place Lescure en dit long sur son expérience de commerçant non sédentaire. Pourtant, parmi les producteurs bio installés sur le marché de Villefranche-de-Rouergue, il fait partie des plus récents, proposant à la vente côtes, tranches de gigot, sauté et merguez d’agneau. "De l’agneau de plein air, élevé à l’herbe, complémenté d’orge bio en hiver et rentré tous les soirs !", précise-t-il avec gourmandise.

110 brebis et 150 agnelets

La Ferme de Javy, qui compte 20 hectares à Centrès, n’accueille-t-elle pas 110 brebis à l’année, qui biberonnent 150 à 160 agnelets ? Et même si les clients ne se bousculent pas encore à l’étal, Jacques est confiant : "Au marché de Gaillac, où je suis installé depuis bien plus longtemps le vendredi et le dimanche, la clientèle est fidèle autant pour l’agneau que pour les œufs de nos poules, le petit maraîchage et les gâteaux à la broche faits maison !" Il pratique également la vente à la ferme depuis cinq ans, laquelle a connu un beau succès pendant les confinements "mais le consommateur n’a pas encore pris conscience de l’intérêt de la vente directe. Malgré le dévouement dont nous avons tous fait preuve en cette période inédite, beaucoup de gens ont repris leurs habitudes de consommation", déplore celui qui se dit avant tout paysan, proche de la Confédération paysanne.

Pâtes fraîches

Pourtant, ce n’est pas le sens de l’adaptation qui lui fait défaut, ainsi qu’à Virginie, sa femme. Car, outre le gâteau à la broche, celle-ci s’est lancée récemment dans la fabrication des pâtes fraîches : gnocchis, raviolis, spaghettis et autres tagliatelles ont ainsi rejoint les côtelettes en toute complémentarité à la faveur d’un heureux concours de circonstances. "D’origine italienne, Virginie n’a pas résisté à la tentation lorsqu’on lui a proposé les machines !" Le contraire eût été dommage… Qui a goûté à la finesse de ses tagliatelles en devient vite inconditionnel…

D. D.
Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Rouergue

139000 €

immeuble avec local commercial au RDC équipé pour pâtisserie chocolaterie o[...]

312500 €

Au coeur de la bastide villefranchoise, donnant sur une place ensoleillé...[...]

447 €

A louer T2 au 1er étage d'un petit immeuble - terrasse - parking - chauffag[...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Rouergue
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?