Bioéthique : une campagne pour stimuler en France les dons de sperme et d’ovocytes

  • Comme la demande de don de sperme va augmenter et le déficit de don d’ovocytes est toujours criant, l’Agence de biomédecine espère, avec cette campagne, recruter de nouveaux donneurs.
    Comme la demande de don de sperme va augmenter et le déficit de don d’ovocytes est toujours criant, l’Agence de biomédecine espère, avec cette campagne, recruter de nouveaux donneurs. Repro CPA
Publié le

L’Agence de Biomédecine lance ce jeudi 21 octobre une campagne de sensibilisation pour informer les Français sur deux nouveautés concernant le don de gamètes.
 

 juin Un test de grossesse qui n’affiche pas un ou deux traits, mais un « merci ». À partir de ce jeudi 21 octobre, des affiches et des vidéos dévoilent des couples hétérosexuels, un couple de femmes ou une femme seule affichant un grand sourire et de la gratitude. Une grande campagne de sensibilisation est en effet lancée par l’Agence de Biomédecine. Et avec un budget multiplié par cinq, des initiatives sur plusieurs plateformes touchant les jeunes (Brut, Deezer, Instagram, des podcasts…) à la télévision, au cinéma et dans la rue, elle espère une large mobilisation

Cet appel est récurrent mais cette année, le contexte est particulier, car une révolution a lieu dans le monde de la PMA avec l’entrée en vigueur de la loi de bioéthique. Non seulement l’anonymat des donneurs de gamètes sera bientôt levé, mais les couples de lesbiennes et les femmes seules peuvent également désormais accéder à la PMA, d’où un afflux de demandes dans les centres spécialisés.

La "PMA pour toutes" était très attendue par de nombreux couples de femmes et femmes célibataires, si bien que dès la loi votée le 29 juin 2021, les demandes de PMA ont explosé.

C’est dans ce contexte que les centres vont devoir l’été prochain modifier la politique des dons de spermatozoïde et d’ovocytes. À ses 18 ans, désormais un enfant issu d’une PMA pourra s’il le souhaite connaître ses origines. Les donneurs jusqu’ici anonymes devront donc obligatoirement consentir à laisser leur identité aux futurs enfants.

Dans certains pays, la levée de l’anonymat des donneurs a d'ailleurs fait chuter les dons. Qu’en sera-t-il dans quelques mois en France ? 

Pour limiter le risque de pénurie de dons de sperme et d’ovocytes, une période de transition de deux ou trois ans est prévue, durant laquelle pourraient cohabiter des dons anonymes et non anonymes.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?