Le "molnupiravir" de Merck en examen accéléré par l'Agence européenne du médicament

  • En plus de la vaccination, le molnupiravir permettrait de réduire les formes graves du Covid.
    En plus de la vaccination, le molnupiravir permettrait de réduire les formes graves du Covid. Repro L'I - Illustration
Publié le

En attente d'autorisation de mise sur le marché, la pilule réduirait par deux les risques d'hospitalisation et de décès en cas de forme grave.
 

Le molnupiravir est un antiviral expérimental à large spectre. Initialement destiné à soigner la grippe et l'hépatite C, il est développé aujourd'hui par les laboratoires Merck contre le Covid-19.

L'Agence européenne des médicaments a lancé ce lundi 25 octobre l'examen accéléré de cette pilule qui réduirait de 50 % les risques d'hospitalisation et de décès en cas de fomre grave de la maladie. Les résultats préliminaires  "suggèrent que le médicament peut réduire la capacité du Sars-CoV-2 (...) à se multiplier dans le corps, empêchant ainsi l'hospitalisation ou le décès chez les patients atteints du Covid-19", détaille l'agence.

S'il est approuvé, le molnupiravir serait le premier médicament oral contre le Covid-19, et donc plus facile à utiliser.

Il reste néanmoins quelques doutes sur les éventuels effets secondaires de ce médicament, notamment sur le risque de possibles effets mutagène pour l'homme à moyen ou long terme, voire sur plusieurs générations. Ces risques ont été démontrés chez d'autres mammifères.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?