Adieu Palavas, adieu Camargue : la carte de France en 2100, avec un mètre d'eau en plus...

  • Avant la fin du siècle probablement, la Camargue n'existera plus.
    Avant la fin du siècle probablement, la Camargue n'existera plus. CP - Laurent Roustan
Publié le , mis à jour

Des associations de défense de l'environnement multiplient les alertes sur les risques d'un réchauffement climatique supérieur à +3°C des températures moyennes d'ici à 2100. 

 

Les dirigeants du monde entier sont attendus au tournant de la COP26 organisée du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow (Ecosse) pour enfin organiser la lutte contre le changement climatique, comme le rappelle L'Indépendant.

Les associations de lutte contre le réchauffement climatique alertent depuis plusieurs semaines sur les enjeux de cette réunion des chefs d'Etat pour qu'ils inversent la trajectoire du réchauffement climatique qui semble désormais se diriger vers +3°C d'ici à 2100 au lieu des 1,5°C à 2°C prévus dans les accords de Paris.

Et cela semble aussi le cas de France Info, qui assure dans un dossier mis en ligne ce mardi 26 octobre que le niveau de l'eau va monter de 1 mètre d'ici 2100. Avec de graves conséquences sur de nombreuses communes du littoral.

De nombreuses applications mises en ligne par les associations environnementales permettent de placer le curseur sur les conséquences qu'aurait le réchauffement climatique avec une augmentation de la température de 3 °C. 

Adieu Palavas, adieu Camargue...

Dans les Pyrénées-Orientales, Argelès ne sera que marécages, Saint-Cyprien une étendue d'eau tout comme Canet et d'autres localités. Dans l'Aude, Leucate redeviendra une île, Gruissan et Port-La Nouvelle de vagues bancs de sable, alors Narbonne aura les pieds dans l'eau, tout comme Béziers dans l'Hérault. Dans ce département, Agde deviendra une île, tout comme Sète et son Mont Saint-Clair, l'étang de Thau aura rejoint la mer, et les flots auront submergé Palavas. Dans le Gard, la Camargue aura disparu, alors qu'Arles devra résister à l'eau de tous côtés, telle une nouvelle Venise...

Sans compter les déplacements de population qu'engendrera cette montée des eaux, en France où 10 % des habitants vivent au bord du littoral. Dans la seule Normandie par exemple, 122 000 personnes seront concernées...

Si l'an 2100 paraît loin, France Info relève que des communes de France sont déjà aux prises avec le recul du littoral, dans la Manche ou les Landes, en Charente-Maritime ou en face, en Martinique. Et propose un diaporama sur le sujet. Car si le dernier rapport du Giec d'août 2021 prévoit une fourchette de montée des eaux entre 28 cm et un mètre dans 80 ans, le rythme actuel de nos émissions de gaz à effet de serre nous entraîne vers la fourchette haute de ces prévisions.

La COP26 de Glasgow, où la communauté internationale s'est donnée rendez-vous ce week-end pour accélérer les efforts contre le changement climatique, est l'un des derniers espoirs pour inverser le cours du "temps climatique" qui nous est désormais compté. Ce sera stop ou encore...

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?