Voitures radars privées : vous aussi, sachez les chasser !

  • Rouler et flasher toute la journée, telle est la mission des voitures-radars.
    Rouler et flasher toute la journée, telle est la mission des voitures-radars. repro DDM - Photo PQR
Publié le , mis à jour

Elles ne doivent arriver en Occitanie qu'en 2023 (peut-être avant), mais lors de vos déplacements dans une autre région, il pourrait bien que vous croisiez l'une des quelque 150 voitures radars privées déjà mises en circulation. En ce cas, peut-être vaut-il mieux pour vous savoir les reconnaître...
 

D'ici la fin de l'année 2020, 50 voitures radars privées supplémentaires rejoindront sur les routes de France les quelque 150 "collègues" déjà en circulation, selon radars-auto.com. D'ailleurs, le site internet croit savoir que l'arrivée de ces voitures radars privées, destinées officiellement à soulager police et gendarmerie de tâches subalternes afin de se consacrer sur d'autres missions, mais également,  selon BFMTV, de relancer des recettes liées aux escès de vitesse, que ces voitures donc circuleront partout en France dès 2022. En Occitanie, leur arrivée n'était dans un premier temps prévue qu'en 2023, année où quelque 450 voitures radars seront en service. Contrairement aux voitures-radars conduites par les forces de l'ordre, qui ne roulent que 2 à 3 heures par jour, ces "privées" sont en service toute la journée, leurs chauffeurs se contentant de suivre un itinéraire enregistré dans le GPS par le ministère de l’Intérieur.

Nos confrères d'Automobile Magazine proposent à leurs lecteurs-conducteurs quelques astuces pour reconnaître, autant que faire se peut, ces voitures radars "pilotées" par des chauffeurs de sociétés privées.

Ces voitures sont d'abord déclinées sur plusieurs marques, françaises et étrangère, afin de brouiller les pistes, dit le magazine, et leur immatriculation n'est pas différente des autres véhicules. Aucune chance par là de savoir si l'on a affaire à une voiture-radar... à moins de consulter certains sites internet qui recensent leurs plaques d'immatriculation, comme ici, département par département, relève Midi Libre.

Mais quelques indices permettent de les identifier.

Si vous arrivez deriière elle, sur la plage arrière, si la vitre n'est pas teintée, un rectangle noir et deux petites caméras peuvent être perceptibles à l'oeil nu. Et la nuit, le détecteur infrarouge du dispositif émet des lumières led rouge. Si ceux-ci sont éteints, c'est que la voiture-radar n'est pas en service.

Mais de ceci, vous n'avez rien à craindre. C'est en dépassant ce véhicule (à vitesse réglementaire, c'est un conseil) que vous apercevrez, si c'en est un un gros boitier noir sur le tableau : c'est "l'oeil" de la voiture-radar, celui qui vous flashe. Deux autres petites caméras, de parts et d'autres du pare-brise, sont à peine visibles. Autant dire que si vous croisez ce véhicule et que vous êtes en excès de vitesse, c'est trop tard pour vous...

 

 

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Altair12 Il y a 1 mois Le 27/10/2021 à 09:19

Faire respecter les lois et règlements ne doit être le fait que de la part des forces de l'ordre, Police ou Gendarmerie, dont les personnels sont assermentés !
Encore une régression de notre société en pleine décomposition !