Viviez : 2 000 personnes pour défendre la fonderie Sam et ses 350 salariés

  • La foule était une nouvelle fois présente.
    La foule était une nouvelle fois présente. DDM/BHSP
  • ​​​​​​​Ghislaine Gistau a présenté les pièces produites à Sam Technologies et qui ont permis à Renault de sortir la Clio V à temps.
    ​​​​​​​Ghislaine Gistau a présenté les pièces produites à Sam Technologies et qui ont permis à Renault de sortir la Clio V à temps. DDM/BHSP
  • Les élus sont mobilisés pour défendre Sam Technologies.
    Les élus sont mobilisés pour défendre Sam Technologies. DDM/BHSP
Publié le

La mobilisation a une nouvelle fois été forte ce jeudi en fin d'après-midi à Viviez et dans le bassin decazevillois pour défendre la fonderie Sam et ses salariés.

Plus d’un millier de personnes selon la police, 2 000 selon les organisateurs : le neuvième rassemblement organisé par les salariés de la fonderie Sam de Viviez, avec le soutien du collectif Tous Ensemble pour le Bassin, les élus locaux, les syndicats et la population a montré une fois de plus l’attachement qui lie le territoire au fleuron industriel viviézois, premier employeur privé du Bassin.
Cette fois, Ghislaine Gistau, représentante du personnel a présenté trois pièces produites sur le site « Elles ont été produites dans les délais, alors même que la Sam était en procédure de redressement judiciaire et ont permis à Renault de sortir à temps la ClioV. Alors quand Renault dit qu’il a financé la Sam à hauteur de 47 millions d'euros à fonds perdu, c’est inadmissible car nous avons permis à Renault de commercialiser la Clio V dans les temps ! ».
Ghislaine Gistau a fait un point de la situation de Sam Technologies : d’une part, la rencontre avec Jean Castex, Premier ministre a été positive puisqu’il a reconnu la part de responsabilité de l’Etat et a indiqué qu’il interviendrait en faveur de Sam Technologies.
De plus, l’ancien PDG de Sam, Patrick Bellity a réaffirmé dans la presse son intérêt pour la fonderie Sam et sa disponibilité pour réfléchir avec les acteurs du dossier à une solution de reprise par son groupe Alty.
Aussi, les salariés ont demandé et obtenu des mandataires judiciaires de solliciter Renault sur ces nouvelles donnes afin que le constructeur se positionne.
La réponse fut un rejet pur et simple d’un quelconque projet porté par Patrick Bellity, son groupe ou ses filiales.
 

" Inadmissible ! "

 
Cette réponse a été transmise au ministère de l’Economie et des finances dont un conseiller du ministre de l’Economie avait contacté les représentants du personnel suite à la rencontre avec Jean Castex.
« Comme nous l’avons indiqué à Jean Castex, le problème vient donc d’un conflit de personnes. C’est inadmissible que la Sam et ses salariés soient pris en otages d’un problème de personnes, alors que nous avons un potentiel repreneur, soutenu par les collectivités, et que nous sommes l’illustration du risque de disparition d’une activité industrielle et d’un savoir-faire industriel dans le cadre de la désindustrialisation de la France alors que le Gouvernement et le plan de relance du Président prônent au contraire une réindustrialisation du Pays ».
Pour sa part, David Gistau a réaffirmé la détermination sans faille des salariés et du territoire autour du slogan Naître, travailler et vivre au pays .
« Naître, n’est plus possible depuis la fermeture de la maternité. On voudrait nous enlever aussi le travail ? Mais alors comment vivre au pays ?».
Prochaine échéance le 19 novembre avec l’audience du tribunal de commerce. Avec pour l’heure, la date butoir du 17 novembre à midi pour le dépôt des offres de reprise ou de lettres d’intention de reprise. Sinon, la liquidation définitive menace.
Aussi, Carole Delga, la présidente de Région, demande au tribunal un délai supplémentaire pour qu’un ou plusieurs repreneurs puissent déposer un dossier.

 

Le soutien et l’hommage des élus locaux

De nombreux élus locaux ont une nouvelle fois participé au rassemblement. Tour à tour, François Marty (président de Decazeville communauté et maire de Decazeville), Arnaud Viala (président du conseil départemental), Stéphane Bérard et Pascal Mazet (conseillers régionaux représentants la présidente de région) ont rendu un vibrant hommage au courage, à la détermination, à la responsabilité et à la volonté des salariés de SAM.
Ils ont également renouvelé leur soutien, notamment pour l’accompagnement de la fonderie, chacun selon ses compétences et possibilités.
Stéphane Bérard soulignait en particulier que Carole Delga recevra Patrick Bellity la semaine prochaine, et que « la région reste mobilisée pour accompagner le futur repreneur quel qu’il soit. Cet accompagnement se fera en actionnant tous les leviers qui sont les nôtres : aides à la reprise, aides à la recherche et développement, aides sur l’immobilier ou encore à la participation au capital pour soutenir l’offre du repreneur ».

 

Commerçants solidaires

À l’image de Claire Ortalo, fleuriste de la rue Cayrade à Decazeville, de nombreux commerçants du bassin decazevillois, ont à l’initiative de l’association de commerçants et artisans ACDC, fermé boutique en signe de solidarité mais aussi pour bon nombre, rejoindre la manifestation.
« Nous sommes inquiets pour les salariés mais aussi pour l’économie du Bassin. Il faut sauver la SAM. Nous sommes solidaires ».

 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Viviez

65750 €

En EXCLUSIVITE chez Home patrimoine immobilier, ancienne chapelle désacrali[...]

205000 €

Sur les hauteurs de Decazeville : dans un quartier calme et dans une impass[...]

159000 €

Viviez : Ensemble immobilier comprenant : Une maison individuelle de type 4[...]

Toutes les annonces immobilières de Viviez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Anonyme13114 Il y a 1 année Le 05/11/2021 à 05:58

L'article n'explique pas les raisons de l'antagonisme entre Renault et P Bellity.
Si quelqu'un a la réponse....