Rodez : le retour gagnant du Salon de l'habitat

  • Pour l'ultime journée il y avait toujours autant de monde dans les allées du salon.
    Pour l'ultime journée il y avait toujours autant de monde dans les allées du salon. CPA - RB
Publié le

Dimanche, à quelques heures de baisser le rideau sur la 26e édition du Salon de l'habitat de Rodez, l'heure était à la satisfaction et au soulagement dans les rangs des organisateurs de Dépêche Events. Et aussi et surtout les exposants.

Après une année 2020 sans pour cause de pandémie, les organisateurs pouvaient légitimement se demander si, dans le contexte actuel, le public allait répondre présent. "Nous n'étions pas trop inquiets  mais, pas complètement sereins non plus. Notamment, à cause du Pass sanitaire", concédait après coup Aurélie Courouleau, responsable chez Dépêche Events.  Des craintes levées dès l'ouverture des portes, le 11 novembre. avec la présence de nombreux visiteurs. "Nous étions d'entrée sur les mêmes bases, en termes d'affluence, que lors du précédent salon, en 2019. Et cela n'a pas baissé depuis", précisait encore la jeune femme.  C'est une bonne chose d'avoir du monde dans les allées du salon et autour des stands des exposants. Toutefois, cela ne suffit pas pour pouvoir qualifier de bon cru l'édition du salon qui s'achève au Val de Bourran.  Pour le faire, il suffisait d'arpenter les allées, d'ouvrir l'œil et de tendre l'oreille.

"Un superbe salon"

Du monde presque partout, des carnets de commandes ouverts et bien garnis et des exposants visiblement ravis d'être là.  À l'image de Yoan, commercial chez Ver'Art installé à la jonction des chapiteaux C et D. "On a vraiment bien fait de venir", indiquait ce dimanche après-midi le spécialiste du verre et de la découpe.  "On a fait un superbe salon. Au-delà même de nos espérances  ", résumait le jeune homme venu en voisin (Ver'Art a pignon sur rue zone à Bel Air). En habitué du rendez-vous ruthénois, ce dernier n'a pas hésité pas à qualifier  l'édition qui s'achève "comme l'une des meilleures" en termes de volume de commandes.

Pour Simon Tordeux, en revanche, ce 26e Salon de l'habitat faisait office de grande première. Gérant de Trip-où, l'entreprise de location et de vente de vans aménagés qu'il a créé l'an dernier à la faveur de la crise sanitaire participait à son premier salon ruthénois. "Le premier mais certainement pas le dernier", indiquait tout sourire celui qui réalise des aménagements sur mesure pour chaque modèle de fourgons. "En termes de visibilité il n'y a pas mieux.  Depuis jeudi, on n'a pas arrêté. Je suis ravi", conclut l'artisan qui traduit là un sentiment quasi général. Tellement ravi qu'il va s'empresser de réserver son stand pour l'édition 2022  du salon de l'habitat ruthénois. 

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?