Covid-19 : un rappel de vaccin préconisé à partir de 40 ans par la Haute autorité de santé

  • Jusque-là, la Haute autorité de santé avait uniquement préconisé d’administrer des doses de rappel aux plus de 65 ans, en plus des professionnels de santé et des adultes plus jeunes avec comorbidités.
    Jusque-là, la Haute autorité de santé avait uniquement préconisé d’administrer des doses de rappel aux plus de 65 ans, en plus des professionnels de santé et des adultes plus jeunes avec comorbidités. Repro CPA
Publié le

La Haute autorité de santé indique ce vendredi qu’elle recommande désormais une dose de rappel du vaccin contre le Covid-19 à toutes les personnes de 40 ans et plus.
 

Alors que l’épidémie de Covid-19 connaît un nouveau rebond en France métropolitaine, les autorités sanitaires recommandent d’élargir le périmètre des populations éligibles à une dose de rappel vaccinal aux 40 ans et plus, selon un communiqué vendredi. 

La Haute Autorité de santé (HAS) a rendu en effet en fin d'après-midi un avis recommandant d’administrer des doses de rappel de vaccin contre le Covid-19, le plus souvent des troisièmes doses, à tous les habitants âgés d’au moins 40 ans. Pfizer et Moderna, désormais banni chez les moins de 30 ans, pourront être utilisés indifféremment.

#Communiqué | La HAS préconise une dose de rappel pour les personnes de 40 ans et plus.
➡ Cette dose de rappel doit être réalisée à partir de six mois après la primo-vaccination avec un vaccin à ARNm, Comirnaty® de Pfizer ou Spikevax® de Moderna.
? https://t.co/xb4CfDkiUy pic.twitter.com/4T10GpMNcd

— Haute Autorité de santé (@HAS_sante) November 19, 2021

Jusque-là, la limite d’âge - reprise par le gouvernement - était fixée à 65 ans, en plus des professionnels de santé et de tous les adultes à risque de forme grave. Mais dans son allocution de mardi 9 novembre, Emmanuel Macron avait déjà annoncé un élargissement de la cible aux 50-64 ans. Il est probable que le gouvernement aille donc plus loin. « Il faudra ouvrir la dose de rappel aux personnes pour lesquelles elle est efficace », a indiqué le chef de l’Etat ce vendredi.

Les doses de rappel fortement efficaces

La HAS a épluché toutes les données disponibles, notamment celles sur la baisse d’efficacité d’un schéma initial de vaccination « classique » (le plus souvent avec deux doses). Les vaccins protègent de moins en moins contre l’infection au fil des mois, et sans doute aussi contre le graves. Mais de premières études confirment que les doses de rappel font fortement remonter le niveau d’immunité.

La Haute autorité de santé préconise de faire ce rappel six mois après la primo-vaccination, «les dernières études suggérant en effet un bénéfice pour cette tranche d’âge».

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?