Vente de chevaux à Rodez : "Dusty de Bozouls adjugé pour 50 000€"

Abonnés
  • La vente a attiré des centaines de personnes, hier.
    La vente a attiré des centaines de personnes, hier. José A.Torres et M.R.
Publié le , mis à jour

La vente aux enchères des 106 chevaux de l’élevage de Bozouls, propriété de Marcel Mézy, a connu un fort succès, vendredi 19 novembre dans l’ancien haras de Rodez.

Sur le parking de Station A, les plaques d’immatriculation affichent tous les numéros, ou presque, de l’Hexagone. Un couple a même fait le déplacement d’Espagne, aux aurores. Preuve s’il en est du caractère exceptionnel de la vente aux enchères de 106 chevaux, vendredi dans l’ancien haras de Rodez. Tous sont la propriété de Marcel Mézy. L’entrepreneur qu’on ne présente plus depuis l’invention de son célèbre fertilisant commercialisé sous le nom de "Bacteriosol" a accueilli tout ce beau monde, hier. Avec le sourire, mais également une pointe d’amertume. Car les chevaux et les pur-sang arabes particulièrement, c’est le dada de Marcel Mézy. Sa "passion", comme il dit. Il en possède 680 dans ses écuries de Grioudas sur la commune de Montrozier et "si ça ne tenait qu’à lui, il ne s’en séparerait d’aucun", confiaient ses proches. Mais avec un cheptel aussi large et 80 naissances depuis le début de l’année, la cure d’amincissement s’imposait…

Courtiers sur place, acheteurs en ligne…

"L’important, ce n’est pas l’argent aujourd’hui. Je souhaite surtout que les chevaux trouvent des propriétaires qui s’en occuperont bien", soufflait le Bozoulais, avant la vente. Cette vente, elle a duré plus de huit heures. À un rythme effréné. Les premiers "lots" sont partis en quelques minutes, à 1 500€, à 2 000€. Puis, la machine s’est emballée. Entre les acheteurs en ligne, connectés depuis les pays du Golfe pour la plupart, et les courtiers dépêchés sur place et reconnaissables à leur téléphone collé à l’oreille, la bataille a fait rage. Et les prix n’ont pas tardé à s’envoler. On ne savait parfois plus trop où donner de la tête autour du manège dans lequel Scott, un Anglais spécialisé dans les chevaux de course, présentait les "stars" du jour, toutes du nom de la commune de leur propriétaire. Le premier grand frisson est arrivé dans l’après-midi avec "Elzlatan de Bozouls", un hongre "au mental d’acier" vendu pour… 12 000€.

Puis est arrivé le numéro 90. Dusty de Bozouls, né en 2013, robe bai, 1,55m. "Sa mère a donné naissance à de nombreux performers. Depuis le début de sa carrière, Dusty réalise un parcours sans faute et ne cesse de dévoiler des aptitudes exceptionnelles", a lancé le commissaire-priseur, avant que l’animal ne s’envole pour… 50 000€. Chez qui ? On ne le saura pas, l’enchère a été remportée par un "courtier" présent sur place. "Un excellent pur-sang, ça peut partir à des centaines de milliers d’euros, le record c’est 40 millions !", réagissait alors une spécialiste.

Peu avant 18 heures, "Guajok de Bozouls", un jeune mâle primé sur de nombreuses courses en Pologne, a conclu la journée. Il s’est lui aussi vendu pour des milliers d’euros. Le cheval est une économie. Mais avant tout une passion. Et c’est bien ce message qu’a souhaité faire passer Marcel Mézy, hier, lors d’une journée qualifiée par tous d’exceptionnelle.

Au bon souvenir de "Dormane"

"Dormane". Ce nom ne vous dit certainement rien. Il fut pourtant l’une des plus grandes célébrités de Rodez. La cour de l’ancien haras de Rodez porte d’ailleurs son nom aujourd’hui. "Dormane", c’est un étalon connu pour être l’un des meilleurs reproducteurs de sa génération et qui a longtemps vécu dans l’ancien haras ruthénois jusqu’à y finir ses jours à l’ombre d’un marronnier dans sa 31e année. C’était en 2015. Hier, Marcel Mézy a présenté l’un de ses petits-fils, "Kendo de Bozouls". Il s’est envolé pour 1 500€, bien loin du prix inestimable de son "papy". La légende raconte qu’un acheteur d’un pays du Golfe avait proposé jusqu’à 10 millions de francs – environ 1,5M€ – pour se l’offrir. Et lui avait même promis un box tapissé de velours ! Sans réussite. Il y a quelques années encore, la semence congelée de "Dormane" se négociait aux alentours de 150 000€…
Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

128000 €

A vendre Faubourg proche université et tous commerces, Type 3 d'une surface[...]

87000 €

Rodez, quartier Faubourg, sous-sol complet de 180 m² comprenant 7 places de[...]

590 €

Appartement de type 3 d'environ 68 m² situé à Rodez. L'appartement se compo[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Altair12 Il y a 14 jours Le 20/11/2021 à 07:51

Cette réussite fait plaisir !