Viviez : une nouvelle attente insupportable pour les salariés de Sam Technologies

  • Entre 200 à 250 personnesont fait le déplacement jusqu’à Toulouse.
    Entre 200 à 250 personnesont fait le déplacement jusqu’à Toulouse. BHSP (DDM)
  •  Trois bus avaient été affrétés.
    Trois bus avaient été affrétés. BHSP (DDM)
  • Ghislaine Gistau, Sébastien Lallier et David Gistau aux côtés de l’avocatdu CSE de la fonderie Sam.
    Ghislaine Gistau, Sébastien Lallier et David Gistau aux côtés de l’avocatdu CSE de la fonderie Sam. BHSP (DDM)
  • Bon nombre de manifestants ont déposé devant le tribunal des pièces produites à la fonderie.
    Bon nombre de manifestants ont déposé devant le tribunal des pièces produites à la fonderie. BHSP (DDM)
  • Les manifestants ont accusé le coup à l’annonce de la décision du tribunal.
    Les manifestants ont accusé le coup à l’annonce de la décision du tribunal. BHSP (DDM)
Publié le , mis à jour

Renault a jusqu’à mercredi 24 novembre pour dire s’il confirme ou non ses commandes à Sam Technologies. Selon la réponse, le tribunal de commerce de Toulouse fixera une nouvelle audience pour examiner l’offre de Patrick Bellity, voire prolonger la période de poursuite d'activité ou pour liquider définitivement la fonderie du bassin decazevillois.  

C’est dans une ambiance bon enfant que les quelque 200 à 250 salariés de la fonderie Sam de Viviez et leurs soutiens dont trois élus (les conseillers régionaux Pascal Mazet, Jérôme Monamy et Pierre Lacaze), venus en bus ou en voitures, ont manifesté vendredi matin devant le tribunal de commerce de Toulouse. Des manifestants confiants au lendemain de l’annonce du dépôt d’une lettre d’intention de reprise émanant de l’ancien PDG, Patrick Bellity, patron de Sifa Technologies (groupe Alty).

Cet enthousiasme a été douché au sortir de l’audience, quand Ghislaine Gistau et Sébastien Lallier, représentants CGT du personnel, ont annoncé une nouvelle épreuve : le tribunal de commerce souhaite, d’ici mercredi 24 novembre, un accord préalable de Renault avant de donner son délibéré d’audience, vendredi 26 novembre. Soit Renault se positionne favorablement et un nouveau calendrier judiciaire, incluant le dépôt et l’examen du projet de Patrick Bellity, sera décidé, soit le tribunal fixera une audience pour une liquidation sèche de Sam.

Réactions

David Gistau : "C’est un coup de poignard dans le dos de la part du tribunal. Alors qu’on a besoin de plus de temps pour créer les conditions d’une reprise qui permette un projet industriel reprenant le plus d’emplois possible pérennisant l’outil industriel, le tribunal décide d’accélérer. Alors qu’on a concrètement une lettre d’intention d’un repreneur ; que l’État et la Région suivent, le tribunal dit non. La violence est d’abord sociale. Nous ne maîtriserons pas la colère qui s’exprimera si la sanction tombe. Il n’y aura ni pardon ni excuses et certains devront le payer dans les urnes."

Ghislaine Gistau : "Je suis très en colère. C’est un délai très court. Souhaitons que l’État soit en mesure de faire infléchir la décision de Renault sur la garantie de chiffre d’affaires car ce sera sinon un véritable drame social pour 350 familles et pour tout un territoire qui a été déjà lourdement sinistré. Renault s’est servi de nous pour développer certains projets notamment sur les moteurs hybrides. On les a mis au point dans des temps records. Ces projets et les contrats ont été double-sourcés. Renault a-t-il encore besoin de la fonderie Sam ?"

Sébastien Lallier : "On considère que Renault n’a pas le choix. L’État doit forcer Renault à ne pas avoir le choix. On a des engagements signés après 23 jours de grève en termes de chiffre d’affaires et de maintien d’emplois. On veut qu’ils soient appliqués. L’État étant actionnaire de Renault, il a aussi le pouvoir de faire les choses."

Pascal Mazet : "Je suis en colère contre le tribunal qui ne laisse que quelques jours pour que Renault se positionne avec des commandes. Aujourd’hui est en jeu la crédibilité de l’État et de Renault. À Decazeville on a déjà perdu la maternité, il ne faut pas perdre cette entreprise. Je me battrai jusqu’au bout avec les salariés."

Carole Delga : "Je ne lâcherai rien"

Carole Delga, présidente de la région Occitanie a réagi : "Je regrette la décision du tribunal de commerce de ne pas laisser plus de temps à Patrick Bellity pour affiner son offre. Le constructeur français doit prendre ses responsabilités et faire part d’un engagement ferme sur les volumes de commandes. La Région a formalisé son soutien au projet de Patrick Bellity avec une aide de 900 000 € ainsi qu’un prêt de 2,4 M€ sur une durée de 6 ans. Notre accompagnement est complété par un soutien de l’État. Je reste convaincue qu’il y a un avenir industriel pour l’usine Sam, et nous devons lui donner toutes les chances de se repositionner comme l’un des fleurons de notre territoire. Je sais combien cette nouvelle décision est difficile pour les salariés et leurs représentants syndicaux. Je suis avec vous, et je ne lâcherai rien !"
BHSP
Voir les commentaires
L'immobilier à Viviez

159000 €

Viviez : Ensemble immobilier comprenant : Une maison individuelle de type 4[...]

98000 €

Viviez : Maison de type 2 en plain-pied de vie avec jardin et cour sur le d[...]

92750 €

Exclusivité HOME PATRIMOINE IMMOBILIER - jolie familiale avec terrain clos [...]

Toutes les annonces immobilières de Viviez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?