Villefranche-de-Rouergue : la Ville achète un terrain pour mieux vendre le site des Filtres

Abonnés
  • Jean-Sébastien Orcibal défend sa gestion du patrimoine.
    Jean-Sébastien Orcibal défend sa gestion du patrimoine.
Publié le , mis à jour

L’achat d’un terrain avenue Cibiel par la Ville a fait l’objet d’un débat animé entre la majorité et l’opposition lors du dernier conseil municipal.

C’est un achat à but de "gestion d’actifs" comme le souligne le maire, Jean-Sébastien Orcibal. Lundi dernier, lors du conseil municipal, les élus villefranchois ont adopté (avec cinq voix contre) une délibération portant sur l’acquisition des locaux de l’ancien centre d’exploitation de l’agence ouest de la DDT, au 89, avenue Vincent-Cibiel. La raison d’une telle acquisition est double : répondre aux besoins du service communal de l’eau et de l’assainissement en fournissant donc des locaux pour s’y installer et permettre avec cet achat de libérer les locaux du site de l’ancienne station de traitement des eaux des Filtres pour mettre le terrain en vente. De plus, la proximité avec Interactis, appartenant à Ouest Aveyron communauté, qui devrait justement récupérer la compétence Eau d’ici 2026, est un avantage à moyen terme pour ce transfert. Une gestion du patrimoine communal qui a donné lieu à un débat de vision politique entre la majorité et la minorité municipale.

"Vous achetez tous azimuts"

"On estime que vous achetez tous azimuts, a dénoncé Françoise Mandrou-Taoubi, conseillère municipale d’opposition, en s’adressant au maire. On a l’impression que vous ne tenez pas compte des réalités financières de la commune dans vos achats. N’a-t-on pas intérêt d’attendre 2026 et le transfert de compétences ? Pourquoi acheter cet immeuble maintenant ?"

Laurent Tranier, conseiller municipal d’opposition également, a abondé dans son sens. "C’est un achat inutile. C’est une charge supplémentaire sur le dos du Villefranchois sans aucune garantie pour le transfert." Face aux remarques, le maire et son premier adjoint, Jean-Claude Carrié, ont défendu leur gestion des actifs. "Nous ne sommes pas les seuls à avoir trouvé qu’il y a une opportunité à acheter, a précisé le premier adjoint. Ouest Aveyron communauté est d’accord dans la mesure où il semble acquis qu’il y ait ce transfert. Cela a du sens car même eux sont à l’étroit dans leurs locaux. Ils ont visité les locaux avec nous. Ils ont approuvé cette démarche. 2026, c’est demain. Le but avec le futur PLUI est d’optimiser l’existant. Optimiser ce lieu qui est très bien placé est donc logique." Et Jean-Sébastien Orcibal d’ajouter : "On a un site, aux Filtres, qu’on n’utilise que peu. Avec cet achat, on pourra déplacer le personnel et revendre les Filtres. Cela nous permet aussi de passer l’achat du terrain avenue Cibiel sur le budget de l’eau et, de l’autre côté, libérer des fonds sur le budget général avec le site des Filtres. D’autant plus que nous allons vendre le site des Filtres plus cher que l’achat avenue Cibiel. La communauté n’a de toute façon pas pour vocation de garder des biens inoccupés."

La démarche a donc également un aspect comptable sur le budget de l’eau et le budget général. Maintenant, il ne reste donc plus à la Ville que de trouver un acheteur pour le site des Filtres.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
IOOS Camil
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?