L’Aubrac reprend des couleurs avec Beauvallet

Abonnés
  • Beauvallet a apposé son nom sur le Nord-Aveyron et fait visiter son antre comme ci-dessus l’un des plus gros réfrigérateurs de France nés sous l’ère Poujol, propriétaire du site avant Beauvallet et Arcadie. Le site fait des essais sur le steak haché en attendant l’ouverture à la production courant décembre.
    Beauvallet a apposé son nom sur le Nord-Aveyron et fait visiter son antre comme ci-dessus l’un des plus gros réfrigérateurs de France nés sous l’ère Poujol, propriétaire du site avant Beauvallet et Arcadie. Le site fait des essais sur le steak haché en attendant l’ouverture à la production courant décembre.
  • L’Aubrac reprend des couleurs avec Beauvallet
    L’Aubrac reprend des couleurs avec Beauvallet
  • L’Aubrac reprend des couleurs avec Beauvallet
    L’Aubrac reprend des couleurs avec Beauvallet
  • L’Aubrac reprend des couleurs avec Beauvallet
    L’Aubrac reprend des couleurs avec Beauvallet
Publié le , mis à jour

Après deux ans de fermeture, l’activité a repris à Argences-en-Aubrac avec les lignes de production sur le steak haché attendu mi-décembre. Entretien avec Vincent Landat, directeur des ressources humaines de l’entreprise Beauvallet.

Quand a rouvert le site sur l’Aubrac ?

L’entreprise Plainemaison Occitanie, groupe Beauvallet, industrie de transformation de la viande, s’est implantée cet été sur Argences-en-Aubrac. Pour mémoire, elle s’est implantée au cœur de ce territoire avec pour objectif de valoriser une filière d’excellence, de créer des partenariats avec les éleveurs locaux, et donc de soutenir le développement économique local.

Quelles y sont les activités ?

Les activités de production ont démarré courant la deuxième quinzaine de septembre. Précisément, les activités de désossage dans un premier temps. Nous préparons les lignes de production de steak haché qui démarreront au plus tard mi-décembre. Une activité d’abattage sera créée sur le second semestre 2022.

Comment se passe le recrutement ?

Dès le mois de juillet, l’entreprise s’est lancée dans la démarche de recrutement, accompagnée des partenaires locaux, dans le but de recruter sur cette fin d’année environ 50 personnes. Nous en sommes actuellement à 40, les recrutements sont en cours sur des postes de bouchers (désosseurs, piéceurs), opérateurs de production polyvalents (lignes de fabrication, conditionnement), conducteurs de lignes, préparateurs de commandes, logistique interne, maintenance. Si l’activité est au niveau de celle espérée, nous envisageons un site de transformation de produits carnés d’environ 150 personnes d’ici trois ans.

Où en est le projet de pôle formation ?

La création d’un pôle formation sous l’impulsion de la communauté de communes est à l’étude pour maîtriser notre savoir-faire. Il s’agit d’une association d’énergies avec la "Maison Conquet" et Plainemaison Occitanie, dont les problématiques de savoir-faire sont identiques et la chambre des métiers et de l’artisanat de l’Aveyron, qui portera la pédagogie. Nous travaillons ensemble pour un démarrage d’une session d’apprentissage dès novembre 2022. Le projet porte sur la volonté de valoriser le métier de transformation, de l’élevage à la gastronomie par exemple. Concrètement, du boucher au commercial, nous avons besoin de compétences, des personnes formées et également fières de valoriser des produits d’excellence.

Est-ce que les établissements scolaires ont répondu à votre invitation pour découvrir votre entreprise ?

Oui, nous avons organisé une visite du site pour une classe de collégiens du Nord-Aveyron (lire ci-dessous, NDLR). Tous les acteurs présents, à savoir représentants des entreprises et des établissements scolaires, avaient reconnu la distance qui existe entre les deux mondes. Pour ponctuer cette semaine de l’industrie agroalimentaire, une première fois dans ce secteur, nous trouvions judicieux de "marquer le coup". Cet événement s’inscrit complètement dans l’idée de faire découvrir nos métiers. L’idée est d’être attractif, d’expliquer déjà ce que nous réalisons dans nos ateliers.

Repères

1869, naissance de Beauvallet du nom de la famille de bouchers et négociants, à Greneville-en-Beauce.

1971, les frères Beauvallet développent un atelier de désossage avec l’ouverture d’un abattoir municipal à Pithiviers.

1991, Bernard Léguille rachète l’entreprise qui emploie alors 27 salariés.

1994, essor à l’international avec Hapi Trading pour développer la partie négoce.

1995, intégration de l’entreprise Plainemaison spécialisée dans le steak haché.

2013, mise en place de tests libératoires sur les steaks hachés.

2019, Sobevial rejoint les entreprises Beauvallet.

2020, Beauvallet s’implante au Brésil pour l’abattage et le désossage de jeunes bovins.

2021, reprise du site d’Argences-en-Aubrac qui figure dans la branche Tradition du groupe vouée à l’achat des animaux, désossage, piéçage, steak haché et produits élaborés.

1 000 salariés au sein du groupe Beauvallet dirigé par Charles Léguille.

300 carcasses arrivent chaque semaine sur le site d’Argences-en-Aubrac. Les animaux sont abattus à Saint-Affrique, Marvejols et Limoges en attendant l’ouverture de l’abattoir sur Argences-en-Aubrac au second semestre 2022 ainsi que du centre d’apprentissage.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Propos recueillis par Olivier Courtil
Voir les commentaires
L'immobilier à Argences En Aubrac

276 €

SAINTE GENEVIÈVE : Grand studio situé au coeur du village et comprenant une[...]

650 €

SAINTE GENEVIÈVE SUR ARGENCE appartement T6 comprenant un séjour/salon, un[...]

76000 €

Nous vous proposons ce petit immeuble situé en centre ville et composé d'un[...]

Toutes les annonces immobilières de Argences En Aubrac
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?