Liquidation de Sam : le président du conseil départemental de l'Aveyron dénonce "une injustice inacceptable"

  • Arnaud Viala désolé de cette situation.
    Arnaud Viala désolé de cette situation. Archives CP
Publié le

Arnaud Viala fait part de son "indignation" dans un communiqué.
 

"C'est une injustice inacceptable pour les femmes et les hommes qui ont porté l'entreprise pendant des mois tout en continuant de fabriquer des pièces à haute valeur ajoutée", fait savoir le président du Conseil département de l'Aveyron dans un communiqué, après l'annonce ce vendredi de la fermeture définitive de l'usine SAM à Viviez. 

Après avoir rappelé que " le tribunal de commerce de Toulouse a prononcé la liquidation judiciaire assortie de la cessation immédiate d'activité de la SAM" et que "333 salariés sont concernés", Arnaud Viala accuse le groupe Renault, lors de cette période difficile pour la SAM, d'avoir "continué de bénéficier de l'expertise de l'entreprise pour ses véhicules et a sans doute, dans les dernières semaines, surstocké les pièces produites à Viviez tout en cherchant de nouveaux fournisseurs".

Il regrette que les efforts du Département pour peser sur la décision de Renault, ainsi que "la mobilisation unanime des salariés, de la population, et de tous les acteurs, (n'ont) pas suffi à faire émerger une synergie entre Renault, principal donneur d'ordre de la fonderie et un repreneur potentiel. Seule la colère est à présent de mise".

Arnaud Viala assure enfin que le Département sera présent "auprès des salariés, des acteurs et élus du territoire".

L. R.
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
babar Il y a 1 mois Le 29/11/2021 à 09:06

C'est ça le plan de relance du gouvernement?
Où sont les relocalisations?
On ne nous dit pas tout
Toutes ces familles dans le besoin maintenant
Un constat alarmant sur la pauvreté en Aveyron titrait ce journal le 22 novembre 2021.
Pauvre Roselyne Bachelot qui n'a pu venir à Rodez visiter des musées pour raison de sécurité, de police occupée ailleurs