Le variant Omicron, "un profil de mutations vraiment horrible"

  • Omicron, des mutations qui inquiètent.
    Omicron, des mutations qui inquiètent. Archives CP
Publié le , mis à jour

L'OMS a directement classé ce nouveau variant repéré en Afrique du Sud comme "préoccupant". Pourquoi les scientifiques le surveillent de près ? Explications.
 

Il aurait dû s'appeler Nu, la lettre grecque à venir suivant la méthodologie appliquée par l'Organisation mondiale de la santé pour nommer les nouveaux variants découverts. Mais ce vendredi, l'OMS a préféré le baptiser Omicron. Et à peine apparu, il inquiète déjà la communauté scientifique, qui a décidé sans attendre de l'étudier de près. Un seul cas annoncé en Belgique et nombre de pays européens ont décidé comme les Etats-Unis de suspendre leurs liaisons avec des pays de l'Afrique australe.

Ce variant est apparu dans une région d'Afrique du Sud, et en très peu de temps, il a représenté jusqu'à 75 % des contaminations dans le pays, comme l'explique ce graphique révélé par le Hufftington Post.

La contamination en Afrique du Sud variant par variant.
La contamination en Afrique du Sud variant par variant. Repro CP - capture d'écran

Plus fort que Delta ?

Cela ne veut pas forcément dire qu'Omicron a supplanté Delta ces derniers jours, peut-être n'est-il pas encore entré en "compétition" avec le variant dominant, et les cas sont encore peu nombreux dans ce pays, soulignent des scientifiques. "Le nombre de cas en Afrique du Sud est relativement faible, ce qui peut laisser un vide dans lequel un nouveau variant peut se répandre plus facilement, abonde en ce sens Emma Hodcroft, spécialiste de la génétique des virus à l'université de Bâle. Il n’a probablement pas eu à entrer en concurrence avec Delta. Dans d’autres endroits, où Delta fait rage, il ne sera peut-être pas aussi adapté.

Mais le risque que ce nouveau variant puisse supplanter Delta existe bel et bien.

Ce qui inquiète encore plus les observateurs, c'est que ce variant Omicron présente “un profil de mutations (...) vraiment horrible”, selon Tom Peacock, virologue à l’Imperial College de Londres. En tout, une trentaine de mutations potentiellement problématiques. Neuf sont connues dans d'autres variants déjà classés "préoccupants", trois sont nouvelles et pouvant renforcer le virus, et une quinzaine sont peu connues mais placées à des endroits du virus qui peuvent faciliter l'infection et "l'échappement immunitaire", c'est-à-dire contourner la barrière vaccinale.

De nouveaux cas en Europe ?

A l'heure où l'Europe s'efforce de contenir une cinquième vague due au variant Delta, l'apparition d'un nouveau variant potentiellement plus dangereux et instable, dont on ne sait encore s'il peut mettre à mal la protection vaccinale et le système immunitaire, voilà qui inquiète nos "stratèges sanitaires". Même si selon La Dépêche, la fermeture des frontières aériennes n'a qu'un effet retardant sur la propagation du virus, les 61 passagers d'un vol en provenance d'Afrique du Sud et testés positifs au Covid-19, mis en quarantaine ce samedi à Amsterdam, vont subir toute une batterie d'analyses pour voir si ce n'est pas le variant Omicron qui les aurait contaminés. Ce samedi, deux nouveaux cas de contamination à ce variant ont été signalés en Grande-Bretagne, alors qu'en Allemagne, un possible premier cas de contamination est en cours d'analyse.

Après Delta, va-t-on se mettre à Nu ?

 

Laurent Roustan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?