Quilles de huit : les femmes ont désormais leur catégorie Élite

Abonnés
  • La qualification pour le championnat de France par équipes ne s’effectuera que sur les catégories Excellence et Honneur féminines.
    La qualification pour le championnat de France par équipes ne s’effectuera que sur les catégories Excellence et Honneur féminines. Centre Presse Aveyron - Jean-Louis Bories
Publié le , mis à jour

À l’occasion de son AG, dimanche 28 novembre, le comité aveyronnais a préparé les bases de la prochaine saison de quilles de huit, avec un grand changement du côté des féminines.

Développer le championnat féminin est une volonté du comité aveyronnais depuis plusieurs années. Et la saison 2022 entrera dans les annales comme la première où les deux meilleures catégories féminines auront droit à l’équité sportive avec la création d’une catégorie Élite.

"Ce sera aussi une manière pour nous d’être mieux reconnues", se réjouit la Lucoise Alexia Calviac, qui, avec sa coéquipière Marion Béteille, fait partie des 40 doublettes qui joueront dans cette nouvelle catégorie. À la fin du mois d’avril, les quilleuses d’Excellence et d’Honneur se retrouveront sur le même terrain pour disputer la première des huit manches du championnat. Et si une localisation commune peut sembler être un détail, elle n’en est pas un quand on a plusieurs saisons de quilles au compteur.

La météo et les terrains très sableux, peu absorbants, ou encore troués peuvent être un frein à la performance. Mais surtout à l’équité. Car les féminines, réparties en huit catégories par équipes et une catégorie individuelle la saison dernière, disputent le championnat aveyronnais chaque dimanche dans le secteur géographique auquel appartient leur club. Alors que chez les hommes, les quatre poules d’Élite, comme les quatre poules de Ligue, soit un total de 138 quadrettes, jouent sur terrain commun depuis plusieurs décennies. Un avantage non négligeable.

La finale avec la Ligue

Avec ce nouveau format, les modalités de compétition vont un peu changer pour les 40 meilleures doublettes féminines. Tout d’abord, elles ne pourront plus jouer le samedi comme les autres équipes jeunes et féminines. Puis à l’issue de la saison sur les mêmes terrains, les deux catégories d’Élite féminine et la Ligue masculine partageront la finale à Sainte-Geneviève, le 26 juin. À partir de l’année prochaine, les finales suivantes seront d’ailleurs organisées en alternance par le club vainqueur en Excellence féminine et la meilleure équipe d’Essor masculine.

Mais avant d’en arriver à la finale, ce sont les féminines qui ouvriront la saison, dimanche 24 avril, à Lassouts. Car, autre nouveauté pour ces nouvelles catégories : les quilleuses ne joueront plus à heure fixe comme en district, mais elles alterneront chaque dimanche entre quatre horaires (9 heures, 10 h 30, 14 h 30 et 16 heures). Des horaires un peu en décalage de ceux des hommes car les quilleuses font deux parties, alors que leurs homologues masculins en font trois.

Une poule d’Essor masculine en moins

Pour permettre la création de l’Élite féminine, le comité a dû supprimer une catégorie Essor masculine. Les quadrettes en question ont été dispatchées entre les trois poules d’Essor restantes, la Promotion et quelques-unes en 1re série de district. Des changements qui ont été rendus possibles grâce au passage à 20 équipes de chacune des poules d’Élite et de Ligue masculines.

Et afin de permettre la mise en place de montées et descentes au sein des deux premières catégories féminines, deux poules de Promotion (A et B) ont été créées. "Cela permettra de donner un accès plus facile à la catégorie Honneur, car les trois premières équipes de chaque groupe de Promotion monteront", détaille Sophie Rodolphe, coprésidente du comité sportif aveyronnais. Les autres catégories conservent leur système de composition à la moyenne.

Ce sont beaucoup de détails techniques à appréhender, mais ils sont nécessaires pour poser les bases de cette avancée importante pour les féminines. Ce, pile pour le quarantième anniversaire de la création du championnat de l’Aveyron par équipes, en 1982. Petit clin d’œil.

Et s’il y a un forfait ?

Autre détail important : si une joueuse se blesse ou tombe enceinte, spécificité rarement rencontrée en Élite masculine jusqu’à présent, comment fera un club qui doit fournir une équipe féminine en Élite ? Car une quilleuse manquante, c’est la moitié de l’équipe à remplacer. Et les clubs n’ont pas tous assez de licenciées pour pallier cette situation. Le comité aveyronnais prévoit que si ce cas de figure se présente, le club doit le prévenir. Et suite à ce forfait, la meilleure équipe rétrogradée lors de la saison précédente sera repêchée.
Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Margot Pougenq
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?