Aveyron : réunis en AG à Viviez, les salariés ont réaffirmé leur détermination

  • Lors de l'assemblée générale de ce 30 novembre.
    Lors de l'assemblée générale de ce 30 novembre. DDM - BHSP
  • Les salariés ne veulent pas perdre leur emploi.
    Les salariés ne veulent pas perdre leur emploi. DDM - BHSP
  •  Les portraits des 333 salariés et salariées menacées de perdre leur emploi sont affichés sur la façade de l'usine.
    Les portraits des 333 salariés et salariées menacées de perdre leur emploi sont affichés sur la façade de l'usine. DDM - BHSP
Publié le

Les salariés préparent  par ailleurs le grand rassemblement de ce mercredi 1er décembre.
 

Ce mardi 30 novembre en début d'après-midi, les salariés de la fonderie SAM de Viviez se sont réunis en assemblée générale dans l'usine qu'ils occupent depuis plus d'une semaine après l'annonce par Renault (principal client de SAM) de refuser d'accompagner le projet de reprise déposé par l'ancien PDG de SAM Patrick Bellity; ce qui a conduit à la liquidation judiciaire sèche de la SAM, le 26 novembre dernier par le tribunal de commerce de Toulouse.

Pas de vote au final, mais des informations et surtout la réaffirmation de leur détermination;, et l'organisation du grand rassemblement ce mercredi 1er décembre à 11 h 30 devant la SAM.

L'Etat fera-t-il appel ?

"Énormément de salariés sont mobilisés car c'est une grosse organisation. On attend énormément de monde; d'ailleurs on a du mal à quantifier le nombre de personnes qui seront là pour nous soutenir puisque aujourd'hui notre lutte a pris une ampleur de niveau national. Il faut mettre en place toute une organisation", explique Ghislaine Gistau, représentante CGT du personnel qui ajoute concernant l'assemblée générale de ce mardi 30 novembre : " Nous avions besoin d'échanger, comme on le fait régulièrement avec les salariés. Et les salariés ont réaffirmé unanimement leur détermination pour pouvoir avoir une solution de reprise, qu'on nous laisse un délai supplémentaire et que Renault respecte enfin ses engagements; donc charge à l'Etat de faire en sorte que ce soit le cas puisqu'on rappelle que l'Etat est actionnaire de Renault".

Les salariés attendent aussi évidemment que l'Etat soit en cohérence avec le soutien financier officiel affiché au projet de Patrick Bellity et  fasse appel du jugement du 26 novembre via le procureur de la République, afin d'obtenir une poursuite d'activité jusqu'en mars 2022 et ainsi pouvoir étudier toutes les pistes de reprise, dont celles évoquées le 29 novembre par la présidente de la région Occitanie Carole Delga, lors de sa venue sur le site de la SAM .

Les salariés continuent d'afficher les portraits de chaque employé et employée de la SAM dont l'emploi est réduit à néant par la décision du tribunal de commerce. 

Ils réaffirment plus que jamais leur volonté de travailler et vivre au pays et de ne pas se retrouver au chômage de par la seule volonté de Renault.

Bernard-Hugues Saint-Paul
Voir les commentaires
L'immobilier à Viviez

96500 €

Viviez : Maison de type 2 en plain-pied de vie avec jardin et cour sur le d[...]

69000 €

Proche école et commerces, Maison T3 rénovée avec terrasse couverte, cour e[...]

159000 €

Viviez : Ensemble immobilier comprenant : Une maison individuelle de type 4[...]

Toutes les annonces immobilières de Viviez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
CRIC 12 Il y a 5 mois Le 30/11/2021 à 21:00

Il ne faut surtout pas compter sur l'état pour quoi que ce soit (A part pour les impôts)