Football : Rodez - Nîmes, pas vraiment un derby

Abonnés
  • Le kop ruthénois accueillera-t-il les Nîmois avec un tifo ?
    Le kop ruthénois accueillera-t-il les Nîmois avec un tifo ? Centre Presse - Jean-Louis Bories
Publié le , mis à jour

Ruthénois et Nîmois, qui s’affrontent vendredi (21 heures, 17e journée de Ligue 2) à Paul-Lignon, estiment en majorité que leur match n’est pas un derby.

"C’est un derby de l’Occitanie, ou alors on n’a pas les mêmes cartes ! " Pour le président de Rodez, la question est tout simplement hors de propos. Mais Pierre-Olivier Murat, joueur formé à Nîmes et qui garde ainsi une tendresse particulière pour les Crocos, est clairement juge est partie en la matière. Au point d’ailleurs qu’il se disait en 2019, lors de la montée en Ligue 2 de son Raf, supporter du NO, s’inspirant même de "l’état d’esprit qui règne dans ce club (à l’époque)." Un lien très étroit donc, même si cela lui a valu, à ce moment-là, "une petite explication avec Laurent (rires)". Comprenez Nicollin, le boss de l’ennemi juré des Gardois, le MHSC. "Mais tout va bien, je vous rassure, reprend Murat. Avec Laurent, on se voit toutes les semaines, on est ami."

Pas sûr que le président des rouge et blanc Rani Assaf entretienne ce genre de relation avec son homologue montpelliérain. Paradoxalement, elle est peut-être moins cordiale encore avec les fans de son club, comme le dénonce Cyril Roure, leader du groupe de supporters Nemausus 2013 : "Clément Depres à Rodez, c’est l’exemple de tout ce qu’on a perdu : notre identité avec le départ de quasiment tous les joueurs issus de notre centre de formation. Ces guerriers à la grinta nîmoise comme Lucas Buadès, à qui on n’a pas donné sa chance, c’est ce qui nous manque." Et tout ce qu’ils apportent, avec l’autre ancien Croco Adilson Malanda, dans l’Aveyron depuis leur arrivée, cet été. De quoi faire naître une rivalité avec le Raf ? "Ça donne un peu de piment, sourit l’ultra. On espère surtout que nos ex ne vont pas nous mettre la misère car ils en sont capables !"

2 h 30 de route et 230 kilomètres entre les deux villes

Pour autant, il ne voit pas ce match comme un derby. "Même quand on affrontait Arles-Avignon, ça n’en était pas un, alors Rodez... Chez nous, le seul derby, c’est face à Montpellier. " "J’ai eu la chance d’en vivre deux lors de la saison 2008-2009 de Ligue 2, se souvient l’ancien défenseur nîmois et ruthénois Jérémie Roumégous. Ça n’a pas la même dimension. L’année précédente, j’avais joué un Nîmes - Rodez en National sous le maillot des Crocos et on ne l’avait pas préparé comme un match entre voisins rivaux. Il n’y a pas photo entre un derby et ça." Même son du cloche du côté de journalistes qui suivent le NO depuis de nombreuses années : "Déjà, il y a 2 h 30 de route et 230 kilomètres entre les deux villes contre 50 de Nîmes à Montpellier. Puis aucune opposition n’a été marquante."

La dernière en compétition officielle date du 19 novembre... 2010, quand les sang et or évoluaient en National, pour une victoire 1-0 de Nîmes (L2) à l’occasion d’un 7e tour de Coupe de France. Demain, à 21 heures, ce sera la première dans l’antichambre de l’élite. Et elle aurait bien pu se faire sans supporters gardois. "On a choisi de ne pas se déplacer parce que le Raf a demandé à ce qu’on donne le nom de chacun de nos voyageurs alors qu’on n’avait même pas lancé les inscriptions", souffle Cyril Roure. Le stadium manager du club ruthénois, Thomas Escourbiac, rassure : "C’était pour identifier le ou les auteurs en cas d’incident, mais on n’est pas allé au bout de la procédure." Pour que les Gladiators, principal groupe de supporters de Nîmes, puisse "garnir les 84 places du parcage visiteurs".

"Ce sera convivial, prédit le trésorier du kop ruthénois, Gilles Galopin. Ce n’est pas un derby, juste un match à gagner pour continuer à rêver des barrages d’accession en Ligue 1. Une suprématie occitane ? La plus importante pour nous, c’est celle de l’ancienne région Midi-Pyrénées. Donc le derby, ce sera à Toulouse, le 13 décembre."

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?