Usine Bosch d'Onet-le-Château : les salariés consultés favorables au projet industriel envisagé pour le site

  • Les salariés de Bosch se sont prononcés en faveur du projet industriel.
    Les salariés de Bosch se sont prononcés en faveur du projet industriel. -
Publié le

Les salariés avaient à se prononcer sur le projet industriel proposé par la direction qui pose les jalons de son avenir jusqu'en 2027. Ils ont voté favorablement à une large majorité.

Les salariés du site de l'usine Bosch d'Onet-le-Château se sont prononcés à une large majorité pour le plan industriel proposé par la direction, qui pose les jalons de son avenir économique jusqu'en 2027. Sur les 1 150 salariés du site, 872 ont participé à la consultation. Et 86,7 % se sont prononcés pour, 12 % et 1,3 % de nul.

Un projet industriel qui comprend l'arrêt de la ligne d'injecteurs en 2023, celle des buses en 2024 et une entrée en productions de piles à hydrogène pour des camions frigorifiques. " La direction planifie une entrée en productions de Fresh2 pour 2025 avec une montée en cadence pour les années suivantes, or le rapport du cabinet d'expert Syndex nous démontre un décalage de 2 à 3 ans pour être sur les mêmes bases en termes de personnels affectés à cette production ", déplore la CGT dans un communiqué. 

De plus, le syndicat déplore que " le volet industriel est trop insuffisant pour garantir un avenir au site de Rodez ". " Aucune garantie de volumes sur les productions restantes et des nouvelles activités notamment Fresh2 avec des marchés encore inexistants, donc estimatifs ". " Quant au rapport CSSCT (la commission santé, sécurité et conditions de travail), il est accablant pour la direction, il démontre que les mesures mises en place et celles à venir sont quasiment inexistantes et non adaptées ", poursuit la CGT.

Malgré cet avis défavorable, la CGT assure qu'elle " respectera le choix des salariés qui se sont exprimés et engagera donc sa signature ". 

Du côté de la CFE-CGC, " un schéma industriel avec des produits diesel conventionnels associés à d'autres productions hors diesel (demandées par les organisations syndicales depuis 2013) aurait été, selon nous, économiquement et socialement possible ".

Pour le syndicat qui a appelé à voter oui à ce projet, c'est toutefois le "oui du moins pire " qui l'a emporté. Car, concernant le volet social, " le choix du groupe Bosch d'abandonner deux tiers des femmes et des hommes du site castonétois demeure difficilement compréhensible et explique notre position défavorable sur les livrets I et II, volets social et industriel ". La CFE-CGC " s'est fixée sans ambiguïté de défendre le choix de chaque salarié de rester ou non dans le groupe Bosch et cela sans contrainte ".

 

Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Rodez

248 €

TYPE 1 DANS PETIT COLLECTIF AVEC COIN CUISINE ÉQUIPÉE ET PETIT BALCON, MENU[...]

275 €

Appartement T1, avec cuisine équipée, situé à proximité des écoles et des c[...]

388 €

Vous cherchez un logement situé proche de l'IUT du Lycée Monteil et de tout[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?