Handball féminin : fin d’année frustrante pour Rodez - Onet

  • Les Rocettes ont vécu une fin de match décevante.
    Les Rocettes ont vécu une fin de match décevante. Centre Presse - Jean-Louis Bories
Publié le , mis à jour

Les Ruthéno-Castonétoises ont été rejointes sur le gong (28-28) par Clermont Salagou samedi 11 décembre en Nationale 3, alors qu’elles ont mené quasiment tout le match.

« Il faut gagner, déjà, pour bien terminer l’année et rester premières. » Dit comme ça par la capitaine des Rocettes Amélie Fixes, ça paraissait simple, mais les bleu et rouge ont concédé un nul extrêmement frustrant lors de la réception du troisième, Clermont Salagou. Pas à l’Amphithéâtre, où une compétition nationale d’escrime était organisée, mais aux Glycines, animées par des supporters... héraultais venus avec tout l’attirail du kop.

Ces derniers ont vite été refroidis par l’entame parfaite des Ruthéno-Castonétoises, qui menaient déjà 4-0 au bout de cinq minutes. Sauf que derrière, au lieu de gérer patiemment leur avance, les Aveyronnaises ont mélangé vitesse et précipitation. Les Clermontaises sont alors revenues à un but en 60 secondes. Puis les protégées de Milenko Kojic ont resserré leur bloc pour empêcher leurs adversaires d’enchaîner. Plus fluides dans leur jeu, elles ont empilé les pions pour en avoir jusqu’à six d’avance. À la mi-temps, leur avance (14-10) paraissait bien maigre au vu de leur nette domination.

« On ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes »

 

Au retour des vestiaires, les Rocettes ont encore réussi leur entame, menant 17-11 à la 33e minute. Mais trop brouillonnes, elles ont laissé les Héraultaises revenir progressivement dans le match, ne menant plus que d’une unité à la 40e (20-19). Et alors que les bleu et rouge pensaient se diriger vers la victoire en prenant plusieurs buts d’avance à quelques minutes du terme, elles ont enchaîné les erreurs dans les derniers instants. Ce dont a profité Clermont Salagou, qui a égalisé pour la première fois du match à une dizaine de secondes du gong.

Après leur défaite à Toulouse (27-24) la semaine dernière, les Ruthéno-Castonétoises terminent donc l’année sur un nul rageant et perdent la première place au profit de Pechbonnieu. « On ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes parce qu’on était largement supérieure dans le jeu et en défense, soufflait Amélie Fixes. Mais on a perdu beaucoup trop de ballons, comme d’habitude. Le problème, c’est qu’on a manqué de rotation, et donc de fraîcheur, sur la fin car on n’était que 10 au lieu 14. »

Vincent Naël
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?