Le Smic devrait augmenter de 0,9 % au 1er janvier, selon l’Insee

  • Avec une augmentation de 0,9%, le salaire minium rapporterait environ 1603 € bruts mensuels.
    Avec une augmentation de 0,9%, le salaire minium rapporterait environ 1603 € bruts mensuels. Repro CPA
Publié le , mis à jour

L’Insee a rendu publique mardi 14 décembre son estimation de la hausse du Smic au 1er janvier 2022. Elle devrait être de 0,9 %, hors coup de pouce potentiel. Le Smic avait déjà été augmenté en octobre.

Dans sa note de conjoncture publiée mardi 14 décembre, l’Insee indique que la revalorisation du Smic au 1er janvier devrait être de 0,9 %. Le Smic avait déjà été revalorisé de 2,2% le 1er octobre, du fait de la forte inflation.

Ceux-ci seraient en effet « portés par une nouvelle revalorisation du Smic au 1er janvier, de l’ordre de +0,9 %, ainsi que par la prise en compte, dans les négociations salariales de nombreuses branches, des hausses de prix à la consommation et des difficultés de recrutement », indique l’institut de statistiques.

Depuis la dernière hausse d'octobre 2021, le Smic est à 1589,47 € bruts par mois. Avec une augmentation de 0,9%, le salaire minium rapporterait donc environ 1603 € bruts mensuels.

Rapporté à l’heure, le Smic horaire brut passerait de 10,48 € bruts à 10,57 €.

L’inflation reste forte

Mais si ces prévisions sont bonnes pour tous ceux qui touchent le salaire minimum, cette revalorisation automatique n’arrangera pas forcément les ménages.

En effet, dans ces prévisions, l’Insee prévoit que les prix resteront toujours aussi hauts, avec une inflation en 2022 qui devrait rester stable, à savoir au-dessus de 2,6 %. 

« La contribution des prix de l’énergie à l’inflation totale demeurerait importante mais irait en diminuant », précise l’Insee avant d’estimer que « l’inflation augmenterait dans les produits manufacturés et l’alimentation ».

Pouvoir d’achat en baisse 

Au premier semestre, le pouvoir d’achat des Français devrait baisser de 0,5%. Une baisse que l’Insee explique par « le contrecoup mécanique, au premier trimestre 2022, de l’indemnité inflation qui soutiendrait comptablement le revenu des ménages fin 2021 ». 

Toutefois, l’institut rappelle que l’acquis à la mi-année ne préjuge pas de l’évolution du pouvoir d’achat sur l’ensemble de l’année 2022.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?