Rugby à XIII : Mark Faumuina n'est plus l'entraîneur de Villefranche

Abonnés
  • Mark Faumuina a été évincé.
    Mark Faumuina a été évincé. Centre Presse - Jean-Louis Bories
Publié le , mis à jour

Les dirigeants villefranchois ont mis un terme vendredi soir à leur collaboration avec l'entraîneur de l'équipe première (Élite 2), le Samoan Mark Faumuina.

"Je ne veux pas en parler, je laisse le club communiquer." Mark Faumuina était encore amer ce samedi, au lendemain de son éviction du poste d'entraîneur de Villefranche (Élite 2). Nommé à l'intersaison pour succéder à David Collado, devenu manager des équipes de France, le Samoan n'a pas eu les résultats escomptés avec quatre victoires et autant de défaites, les Loups venant en plus de perdre 12-18 lors de la réception de Lescure, le 12 décembre, un concurrent direct à la qualification en phases finales. "En cas de succès, on aurait été dans les clous, confirme le coprésident villefranchois Sébastien Marty. Mais ce n'est pas à cause de son bilan sportif. Si tout s'était bien passé avec les joueurs, qu'on avait senti que la réussite allait arriver, il serait resté en poste."

L'origine du mal se situe là : l'ancien deuxième ligne du club, de 2003 à 2006, n'a jamais réussi à susciter l'adhésion de son groupe. "Il ne félicitait jamais ses gars et leur disait après une victoire : ''On va avoir encore beaucoup de boulot à l'entraînement pour le prochain match''. Quand tu te loupes d'entrée dans la communication avec ton vestiaire, derrière, c'est compliqué. Il les avait perdus. Alors avec le comité directeur, on a décidé hier (vendredi) soir d'arrêter notre collaboration avec lui."

"Le groupe ne comprenait pas son projet de jeu"

Dans la foulée, le dirigeant et son binôme Nicolas Alquier ont annoncé cette décision à celui qui est désormais leur ancien coach. "On a essayé de trouver des solutions jusqu'au bout, mais on lui tirait la sonnette d'alarme depuis un moment..., confie Sébastien Marty. Là, on a dû lui faire comprendre qu'il y avait une vraie cassure avec ses joueurs. Car pour lui, la relation n'était pas problématique." Mais des cadres de l'effectif avaient déjà fait part du mal-être ambiant aux coprésidents : "Le groupe était déçu du fonctionnement et ne comprenait pas son projet de jeu. On a une équipe jeune, qui manque d'expérience... Elle a besoin de patience et le coach n'en a pas eu."

À sa décharge, Mark Faumuina (50 ans), bien qu'ancien international samoan et champion de France avec le Toulouse olympique dans sa carrière de joueur, n'avait pas non plus le bagage de David Collado à la tête d'une formation. N'ayant connu qu'une courte expérience en tant qu'entraîneur-joueur de Gratentour il y a plus de dix ans, avant d'exercer au TO comme adjoint de la première et entraîneur des juniors. "Je suis touché parce qu'on a quand même joué ensemble, c'est un copain", s'émeut Sébastien Marty.

Mais ce dernier a dû faire le boulot jusqu'au bout, trouvant rapidement un nouvel entraîneur pour Villefranche. Son nom sera officiellement communiqué mercredi, après sa présentation aux joueurs en plein air et dans le respect des gestes barrières. "Il est proche du club, Français et expérimenté, mais on n'avait jamais pensé à lui jusque-là."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?