Aveyron : l’optimisme règne à la tête des sports "co" malgré la cinquième vague

Abonnés
  • Pierre Bourdet, président du district de football de l'Aveyron.
    Pierre Bourdet, président du district de football de l'Aveyron. Centre Presse Aveyron - Jean-Louis Bories
Publié le

Alors que le coronavirus provoque de nouveau des reports de matches en série, comme lors du premier week-end de compétition en 2022 qui vient de passer, les instances aveyronnaises des principales disciplines collectives veulent positiver.

Chaque jour, on apprend qu’il y a des nouveaux cas de Covid-19 partout, mais je reste optimiste. Parce que contrairement aux deux dernières saisons, les joueurs peuvent faire leur retour au bout de cinq jours (si le test est négatif à ce moment-là). Le week-end prochain, ce sera le cas pour une grande majorité d’entre eux puisqu’en règle générale, la vaccination protège des formes graves de la maladie. Avant, quoi qu’il arrive, on devait rester confiné au minimum deux semaines. Les cas contacts devaient aussi s’isoler alors qu’aujourd’hui, ils ne sont plus obligés (si ces derniers disposent d’un schéma vaccinal complet et sont testés négatifs)." Il en faut plus que la quarantaine de matches de niveau départemental reportés ce week-end en catégorie seniors, sur 81, et l’annulation du Challenge futsal pour faire paniquer le président du district aveyronnais de football, Pierre Bourdet.

"Nos championnats iront à leur terme !"

La force de l’habitude pour celui qui a succédé à Arnaud Delpal à la tête de l’instance en pleine pandémie, soit fin 2020 : "Ces derniers jours, 30 % de nos rencontres ont été remises à cause de la dégradation de la situation sanitaire (sans compter les reports dus aux mauvaises conditions météorologiques). Si près de trois-quarts des oppositions parviennent à se dérouler tous les week-ends jusqu’à mi-février, ça ira. On a prévu des créneaux en début de saison pour ces journées de retard. Sauf décision gouvernementale, nos championnats iront à leur terme ! Ce serait donner un très mauvais signe à nos licenciés que de mettre nos compétitions en pause ou de les arrêter maintenant. " Pour rappel, à partir de quatre cas positifs dans un groupe seniors avant une rencontre, le club en question doit reporter celle de toutes ses équipes de la catégorie.

"Nous, on leur laisse le choix de remettre ou non, précise son homologue du rugby Gérard Fourquet. Ce week-end, en Fédérale 2, Millau et LSA n’ont pas pu jouer à cause du Covid-19, idem pour plusieurs sélections féminines chez les jeunes… Dimanche, les championnats départementaux reprennent et j’ai peur que ce soit pareil. On a reçu des consignes de Serge Simon (responsable de la cellule Covid de la FFR), qui nous demande de laisser se dérouler le maximum de matches. Pour le moment, il n’y a pas de raison de stopper la saison." Dans ce courrier, la fédération confie son optimisme : "Elle dit que cette vague va passer vite si l’on se base sur les chiffres de l’Afrique du Sud (où le variant Omicron a été découvert le 25 novembre). En passant un mois comme ça, on peut toujours décaler un petit peu les phases finales, faire sauter un tour… Mais si on est toujours dans la même situation en février, ce sera très compliqué."

"Tout rentrera dans l’ordre" dans quatre semaines ?

Après "pas loin de 40 %" de rencontres remises au niveau départemental ce week-end, la présidente du comité de basket-ball de l’Aveyron, Roselyne Portal, s’attend justement à "galérer " pendant encore un mois. "Puis je pense que tout rentrera dans l’ordre. Car aujourd’hui, tel club est touché, la semaine prochaine, ce sera un autre et ainsi de suite. Dans certaines équipes, on en est à quatre ou cinq cas en une semaine tellement cette nouvelle souche du virus se propage vite. Tout le monde va l’attraper à ce rythme-là et comme les cas positifs reviennent plus vite à la compétition désormais…" Et pour l’accumulation des demandes de report ? "On risque d’être obligé de caser ces oppositions sur les périodes de vacances scolaires, déplore la dirigeante. Mais pour moi, on n’ira pas jusqu’à devoir mettre un terme prématurément à la saison." Hormis peut-être celle de la catégorie mini-basket : "On a une réunion avec tous les clubs jeudi. Si la majorité d’entre eux ne veulent pas prendre de risque avec les petits, on pourrait décider de suspendre les matches de cette catégorie. "

Du côté du handball aveyronnais, le week-end a été "perturbé comme celui des autres" et à l’image de ses confrères, Sylvie Uhmann, à la tête de l’instance départementale, n’a "pas d’inquiétude majeure". "On avait prévu des créneaux pour les rencontres reportées. On se les fait grignoter petit à petit, mais je ne suis pas préoccupée plus que ça. D’autant que les spécialistes estiment qu’on atteindra le pic de contaminations dans une semaine. Si c’est le cas, on ne sera que sur deux ou trois journées reportées, alors on est loin de songer à arrêter les compétitions." Dans l’Aveyron, c’est aussi une vague… d’optimisme qui déferle sur les sports collectifs.

La majorité des trails devraient se tenir malgré tout

Si pour ce début d’année, le comité départemental de course hors stade table sur une baisse de "10 à 20 %" du nombre d’inscrits en moyenne par rapport aux derniers mois, le positivisme y est aussi de mise. "Malgré Omicron, la plupart des dossiers ont été montés jusqu’en mars, confie le secrétaire de l’instance, Didier Pons. Même en format réduit, quasiment tous les trails devraient avoir lieu. Les organisateurs engagent moins de frais, mais au moins, ils relancent leur événement."Philippe Labit, organisateur de la 12e édition de la course nature nocturne de Montsalès samedi, abonde : "Parce que c’est très dur de remobiliser les bénévoles après un report. En temps normal, on a 300 ou 400 inscrits. Là, on n’en a qu’une soixantaine. Ça fait mal, mais au vu de la situation sanitaire, c’est l’objectif que l’on s’était fixé."
Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Vincent Nael
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?