Aveyron : l’exaspération des "Sam" de Viviez s’amplifie, Jean-Pierre Floris, missionné par l'Etat pour trouver projet alternatif, conspué

Abonnés
  • Sirène, corne de brume et huées ont accompagné la réunion. / BHSP.
    Sirène, corne de brume et huées ont accompagné la réunion. / BHSP.
Publié le

Mardi 11 janvier, à la veille de la manifestation à Paris des Sam (lire encadré), Jean-Pierre Floris, missionné par l'Etat pour trouver un projet alternatif, était de retour à Decazeville pour une réunion à la Communauté des communes Decazeville communauté

Il y rencontrait les représentants du personnel de la fonderie viviézoise, la préfète de l’Aveyron, le sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue et le conseiller régional Stéphane Bérard. Ce dernier, n’avait pas été invité et a dû faire le forcing pour participer à la réunion afin de pouvoir représenter la région qui commissionne Jean-Pierre Floris !

Missionné par l’État et donc aussi par la Région Occitanie pour trouver un projet alternatif à Sam pour le développement du territoire du Bassin decazevillois Jean-Pierre Floris n’avait pas réussi son premier contact avec les Sam le 14 décembre dernier : visite du site en seulement 19 minutes et des propos relayés dans la presse, ressentis comme méprisants. Hier matin, près de 150 Sam lui ont fait part de leur colère et à leur tour de leur mépris : sirène, corne de brume, hués…

Mais aussi lors de la réunion où David Gistau a refusé de lui serrer la main et lui a exprimé de vive voix le mépris des Sam.

"Une provocation !"

Les représentants CGT du personnel (David Gistau, Ghislaine Gistau, Sébastien Lallier et Sandrine Dufraisne) ont quitté la réunion après avoir dressé le constat du défaut d’avancées dans le dossier : "Sa mission première est de trouver un projet alternatif à SAM. On lui a donné rendez-vous quand il aurait bossé un petit peu et qu’il y aurait quelque chose qui tiendrait la route. En revanche, on a écrit sur un tableau : Projet alternatif ? Zéro ! Amélioration du CSP (contrat de sécurisation professionnelle) ? Zéro ! Sur l’indemnité supra légale promise par le ministre Bruno Le Maire qui avait dit qu’il y aurait quelque chose de généreux ? Zéro ! Alors tant que c’est zéro, on continue d’occuper l’usine, on sera nombreux à Paris et en faisant du bruit. Je considère que c’est une provocation ce matin de venir ici, d’envoyer autant de forces de l’ordre en nous prenant pour des voyous. Les voyous ce sont eux, c’est Renault, c’est l’État !", a martelé David Gistau.

C’est sous les huées que Jean-Pierre Floris et la préfète ont quitté le bâtiment de Decazeville Communauté : "Des actes, on veut des actes ! On a été gentils jusqu’à maintenant. Et maintenant ça suffit ! On veut des actes !", ont crié les Sam à l’attention de Jean-Pierre Floris et de l’État.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
GDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

188000 €

A VENDRE-immeuble de rapport comprenant bel appartement de 96 m2 situé en r[...]

21000 €

Decazeville : Terrain constructible de 2189 m² quasi plat avec chemin d'acc[...]

164000 €

COMPROMIS DE VENTE EN COURSImmeuble de rapport comprenant 3 appartement T2 [...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?