Aveyron : la voix rocailleuse de René Mori ne résonnera plus

Abonnés
  • René Mori, une figure aveyronnaise.
    René Mori, une figure aveyronnaise. José. A. Torres
Publié le , mis à jour

Figure emblématique du monde syndical et du Rodez Aveyron football, il est décédé ce mardi, à l'âge de 68 ans.

Quand on croisait René Mori, il avait soit l'écharpe "sang et or" du Rodez Aveyron Football sur les épaules, soit un badge FO fièrement accroché au veston. Rarement l'un et l'autre en même temps. Mais toujours cette satanée cigarette accrochée au bec. 

Avec son décès, survenu ce mardi à l'âge de 68 ans, c'est une figure ruthénoise et aveyronnaise qui s'en est allée. Dans les couloirs du local Force ouvrière, à Rodez, on en était encore tout secoué hier. Difficile de se dire que la voix rocailleuse de ce gars né dans le nord Aveyron ne viendra plus résonner. "On perd un grand militant. SI FO en est là en Aveyron, c'est grâce à lui. Il était toujours de bon conseil, même à la retraite", souffle Philippe Cauffet, secrétaire départemental FO des Territoriaux. Un des touts derniers à avoir été intronisé au sein du syndicat, en 2017. "Il a été un guide précieux, car ce n'est pas évident de se lancer".

Le souvenir d'un grand-père italien

Des militants, René Mori en aura croisé beaucoup. D'abord au Crédit Agricole, où il travaillait et où il fit ses premières pas de syndicalistes. Ceux qui l'ont mené au secrétariat départemental de Force Ouvrière qu'il dirigea de 1989  et 2017, avant de céder son siège à Emmanuel Dumas. 28 années à mener les combats de son syndicat sur tous les fronts. À faire entendre sa voix, jusqu'aux plus hautes instances nationales. Jean-Claude Mailly, leader national de 2004 à 2018, avait d'ailleurs toujours une oreille attentive aux propos de René Mori. "Il sentait les choses"  résume Philippe Cauffet. 

Adepte de la joute verbale, piquant parfois de grosses colères, René Mori, forcément, ne s'est pas fait que des amis. Mais c'est à ce prix-là qu'il avait décidé de défendre une forme de liberté, celle des travailleurs. Il raconta que c'est son grand-père italien, qui vécut les horreurs mussoliniennes qui lui dicta ce goût de la liberté... 

René Mori ne lâchait rien non plus. Un peu comme quand il était sur le terrain de football d'Agen d'Aveyron, où certains se souviennent encore de matchs bien accrochés. Le foot, son autre passion. Mais s'il y a un club qu'il n'a jamais lâché, c'est bien le Rodez Aveyron Football. Comme au plus fort de la tempête, en 2003, où il se démena pour sortir le club de l'ornière. Il répétait à l'envi que le Raf avait tout pour jouer à un niveau national. Autant dire qu'il n'était pas peu fier de toujours siéger au conseil d'administration d'un club qui évolue aujourd'hui en D2. 

En fait, comme le fait comprendre une de ses filles, Alexandra, dans un message touchant sur les réseaux sociaux, et  pour qui les joutes verbales se jouent sur des scènes de théâtre, s'il y a une chose que son père aurait dû lâcher, c'est sans doute cette satanée cigarette.

La cérémonie civile se déroulera vendredi 14 janvier à 10  h 30  à la salle de la chambre funéraire Ferrand-Forgeas à Rodez

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

302 €

Une entrée (avec placard), une pièce principale (avec placard en sous-pente[...]

275 €

RODEZ : Studio dans une résidence avec parking commun proche du Lycée Monte[...]

289 €

Tour de ville de RODEZ, venez découvrir dans un petit immeuble calme et ent[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
guevara Il y a 4 mois Le 14/01/2022 à 11:17

Salut René nous ,nous somme croisé pendant 3 ans au sein de FO,ta su me guider grâce a tes formations de syndicalisme.
Venant de la CGT et rejoint ton syndicat je n'oublirais pas ta gentillesse.salut

Aveyron13 Il y a 4 mois Le 13/01/2022 à 10:13

René a quitté la grande famille du RAF, depuis quelque temps il avait disparu du bord de touche de Paul Lignon avec son brassard au bras où il officiait en qualité de responsable de la sécurité.
C’était un ami avec lequel on avait plaisir de parler des petits secrets du RAF.
René, repose en paix et surtout n’oublie pas tes cigarettes, même si elles ont causé prématurément ton départ qui laisse ta famille et tes nombreux amis dans la peine.