Rodez : les salariés de Station A sortent de leur réserve

  • Une partie des salariés de Station A s'est mobilisée pour ne pas être oubliée.
    Une partie des salariés de Station A s'est mobilisée pour ne pas être oubliée. José A. Torres
Publié le , mis à jour

Une partie des 15 salariés du tiers lieu ruthénois s'est rassemblée, ce mercredi soir,  devant les portes de la préfecture, pendant que le directeur général et le président étaient reçus  par le représentant de l'Etat.

« Demain, on peut tous se retrouver au chômage, attaque d’emblée Armand Kleve, salarié de Station A et porte-parole des salariés, dont une partie s’est réunie hier soir devant la préfecture. Mais ce coup-là, ce ne sera pas la faute de Renault ou de Bosch ! ».
Pour les salariés, la possible vente du haras du Département à la Ville est scrutée avec beaucoup d’inquiétude, puisqu’elle mettrait un terme à l’aventure du tiers lieu ruthénois. « Cela fait des mois qu’on en parle sans jamais évoquer les salariés déjà présents sur place. On est là, on existe », lance celui qui vient d’être désigné pour porter la parole des 15 salariés désormais regroupés au sein du collectif des 300. Trois cents, comme le nombre de personnes appelées à terme à travailler sur le site, si le bail entre Station A et le conseil départemental était renouvelé comme un temps espéré notamment sous la précédente mandature.

En attendant de 15 aujourd’hui, le nombre de salariés devrait passer à 23 d’ici trois semaines. « Cela fait 65 emplois induits et parmi ces personnes certaines n’ont que ce salaire pour faire vivre toute leur famille. Autant dire qu’elles comptent sur cet emploi », enfonce Armand Kleve.

Pendant qu’une partie des salariés se mobilisait pour rappeler qu’ils existaient, à l’intérieur le directeur général de Station A, Alan Hay et son président Guillaume Angles étaient reçus par la préfète Valérie Michel-Moreaux. « Elle est très au fait du dossier et a parfaitement compris l’importance d’un tiers lieu pour l’attractivité et le développement d’un territoire comme le nôtre », a déclaré Alan Hay sorti rassuré et confiant de cette entrevue d’une heure, à l’initiative des deux parties.

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

240 €

Studio Rodez dernier étage sans ascenseur, situé en haut de la rue du 11 no[...]

353 €

Entrée, séjour avec coin cuisine (séparation bar, plaques chauffantes frigo[...]

275 €

APPARTEMENT SITUE BOULEVARD D'ESTOURMEL DANS RESIDENCE DE STANDING COIN - [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?