Pourquoi la taxe foncière devrait considérablement augmenter cette année

  • La taxe foncière est un impôt local payé chaque année par les contribuables propriétaires au 1er janvier de l'année d'imposition.
    La taxe foncière est un impôt local payé chaque année par les contribuables propriétaires au 1er janvier de l'année d'imposition. Repro CPA
Publié le

L’inflation a atteint un taux inégalé depuis plus de 30 ans de 3,4%. Conséquence pour les contribuables, certains impôts, parmi lesquels la taxe foncière, flambent.
 

Comment évoluera la taxe foncière en 2022 ?

Cet impôt, payé par les trente-deux millions de propriétaires de logements, va s’envoler d’au moins 3,4 %. Cela correspond à la revalorisation des valeurs locatives. « Elles n’ont pas été autant majorées depuis 1989 », ​observe Frédéric Zumbiehl, juriste à l’Union nationale des propriétaires immobiliers (Unpi).

Que sont les valeurs locatives ?

Il s’agit des « bases » sur lesquelles est assise la taxe foncière. Fixées par l’État, elles correspondent à un loyer annuel théorique que le propriétaire pourrait tirer du bien s’il était loué. Pour calculer la taxe foncière, on applique à cette valeur locative (avec un abattement de 50 %) les taux votés par la commune ou l’intercommunalité. Si ces dernières les accroissent cette année, la flambée globale excédera 3,4 %. « À l’inverse, si elles diminuent leurs taux, la feuille d’impôt restera stable, ​nuance Frédéric ZumbiehlNéanmoins, les baisses de taux sont beaucoup moins fréquentes que les hausses. » ​En moyenne, la taxe foncière a augmenté en dix ans de 28 %, surtout à cause des taux.

Pourquoi les valeurs locatives augmentent-elles ?

Depuis 2018, les valeurs locatives sont revalorisées automatiquement chaque année en fonction de la hausse des prix. 
On applique à cette valeur locative (avec un abattement de 50 %) les taux votés par la commune ou l’intercommunalité où se situe la propriété. Si ces taux, votés par les collectivités, augmentent également cette année, la flambée globale excédera 3,4 %. S’ils viennent à diminuer, ce qui est peu fréquent, la taxe pourrait rester stable.

Quelles sont les conséquences ?

Les propriétaires devront alors mettre davantage la main à la poche. La somme à régler devrait augmenter d’au moins 3,4%, ce qui correspond à la revalorisation des valeurs locatives.
Cette flambée pourrait ensuite se répercuter sur le prix des loyers, pour compenser la somme payée par les propriétaires.
La hausse s’appliquera également à la taxe d’habitation sur les résidences secondaires et autres locaux meublés non affectés à l'habitation principale.

A lire aussi : Taxe foncière à Rodez : une nouvelle exonération adoptée, êtes-vous éligible ?

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?