Le grand succès de la marche nordique

Abonnés
  • Les participants à la dernière sortie au départ de Fontanges.
    Les participants à la dernière sortie au départ de Fontanges.
Publié le

La marche nordique, ce sport de plein air des plus complets sur le plan physique cumule les atouts. Il est possible de le pratiquer durant les quatre saisons sauf circonstances météorologiques diluviennes. Au point d’être devenu très tendance dans les clubs de la FFRS.

Ainsi, ils sont une vingtaine d’adhérents du club de la Retraite Active de Luc-la-Primaube à pratiquer cette discipline tous les vendredis matin. Une activité d’un abord décomplexé et décomplexant.

Des adhérents qui ont l’impression qu’il est aisé de s’y mettre car c’est un mode de déplacement pédestre dynamique, même si la technique n’est pas si facile que ça à apprivoiser. La marche nordique permet aux pratiquants de mieux respirer. Les appuis latéraux offrent une plus grande amplitude pulmonaire et améliorent l’oxygénation qui peut être 60 % plus importante que dans la marche classique.

Elle favorise le travail de l’équilibre et donc la diminution du risque de chute, mais également du système musculo-tendineux de tout l’organisme ou presque. Sans compter les bienfaits sur le stress, dans la mesure où le fait d’être à plusieurs induit de la convivialité.

La marche nordique est profitable à condition d’effectuer les bons gestes. Elle permet à toutes les chaînes musculaires de travailler en douceur de manière alternative : adducteurs, dorsaux, pectoraux… En clair, en marche nordique, le véritable moteur, ce sont les bras. Ainsi, pour accélérer, il faut pousser plus fort et plus longtemps sur les bâtons afin de projeter le corps plus en avant.

La foulée est augmentée et allégée tout en minorant l’effet lestant du poids du corps, ce qui soulage les maux de dos et les articulations des membres inférieurs (hanches, genoux, chevilles) en favorisant le contrôle postural.

Deux animateurs fédéraux Marche nordique, Christophe Gibert et Denis Inhat conduisent les séances collectives avec des échauffements de début et des étirements de fin. Ils modulent le rythme et l’intensité de l’effort au regard des aptitudes des uns et des autres.

En général, les participants qui respectent strictement les gestes barrières, enquillent entre 8 et 10 kilomètres…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Luc-La-Primaube

315 €

Studio Meublé dans petite copropriété, résidence Le Neptune , au 3ème et de[...]

20 €

Place de parking extérieure dans la résidence sécurisée Le Clos Beauséjour [...]

270000 €

En EXCLUSIVITÉ chez NEOWI Rodez, découvrez cette MAISON de PLAIN PIED de 17[...]

Toutes les annonces immobilières de Luc-La-Primaube
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?