Le mot de l'année pour les jeunes Britanniques ? "Anxiété"

  • Près d'un quart des enfants et des adolescents britanniques estiment que le terme "anxiété" reflète au mieux leur état d'esprit actuel.
    Près d'un quart des enfants et des adolescents britanniques estiment que le terme "anxiété" reflète au mieux leur état d'esprit actuel. Yau Ming Low / Shutterstock
Publié le

(ETX Daily Up) - Le dictionnaire anglais Collins a fait de "NFT" son mot de l'année. Les enfants et adolescents britanniques en ont, eux, un autre. Il s'agit du terme "anxiété". Ce choix illustre l'impact considérable de la crise sanitaire sur la santé mentale des plus jeunes.

Depuis plus de dix ans, les experts et les chercheurs universitaires d'Oxford University Press analysent l'évolution du langage des enfants et la façon dont il est utilisé pour refléter leurs émotions et leurs expériences. Face à l'ampleur de la pandémie, ils ont décidé d'interroger 8000 enfants et adolescents scolarisés dans 85 écoles du Royaume-Uni. On leur a demandé de choisir les principaux mots qu'ils utiliseraient pour parler de leur santé et de leur bien-être. Près d'un quart d'entre eux estiment que le terme "anxiété" reflète au mieux leur état d'esprit actuel. Il est suivi de près par "difficile" ("challenging", en anglais) et "isoler" ("isolate").

"Il est inquiétant de constater qu'"anxiété" est le mot numéro un, mais ce n'est pas surprenant si l'on considère toutes les restrictions et tous les changements que les enfants ont dû endurer. Notre rapport 2021 Good Childhood a révélé que la plupart des enfants ont fait preuve d'une grande résilience, mais, chose inquiétante, 8% (près d'un sur douze) des 10 à 17 ans ont déclaré avoir moins bien vécu les changements survenus dans leur vie", a déclaré Joe Jenkins de l'association The Children's Society dans un communiqué.

De nouveaux mots pour une nouvelle réalité

Toutefois, les enfants et adolescents britanniques ont sélectionné des mots plus positifs pour décrire leur état d'esprit après une autre année de pandémie. Parmi eux, "bien-être" ("wellbeing") et "résilience" ("resilience"). Ils ont été respectivement cités par 13 et 12% des répondants.

Par ailleurs, ces termes sont particulièrement utilisés par les enseignants britanniques pour parler à leurs élèves de la pandémie. Un tiers d'entre eux ont surtout employé le mot "résilience" ("resilience") durant leurs cours. "Difficile" ("challenging") et "bien-être" ("wellbeing") reviennent aussi souvent dans la conversation.

Et ce ne sont pas les seuls : la crise sanitaire a favorisé l'apparition de nouveaux mots dans le vocabulaire des jeunes Britanniques, comme "confinement" ("lockdown", en anglais). Pour Helen Freeman, directrice du département "Early Childhood & Home Education" chez Oxford University Press, les enseignants doivent particulièrement prêter attention au vocabulaire qu'ils utilisent en classe pour favoriser le bien-être de leurs élèves dans ce contexte difficile.

"Il est important aujourd'hui, plus que jamais, que nous investissions dans le développement du langage des enfants à la maison et à l'école. Les résultats démontrent le rôle que nous jouons tous pour nous assurer que les enfants ont les mots dont ils ont besoin pour s'exprimer et que, en tant qu'adultes, nous sommes conscients que le langage que nous utilisons autour des enfants peut influencer de façon significative leur apprentissage et leur bien-être", a-t-elle expliqué.

ETX Daily Up
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?