Disparition : retour en cinq films sur la carrière de Gaspard Ulliel, décédé ce mercredi

  • Gaspard Ulliel a remporté deux César pour ses performances dans "Un long dimanche de fiançailles" et "Juste la fin du monde".
    Gaspard Ulliel a remporté deux César pour ses performances dans "Un long dimanche de fiançailles" et "Juste la fin du monde". AFP - Loïc Venance
Publié le

Le comédien Gaspard Ulliel, décédé mercredi à 37 ans après un accident de ski, laisse derrière lui une galerie de personnages gracieux ayant acquis, au fil des années, une belle maturité. Voici cinq de ses films.

Les Egarés

L'acteur n'a que 19 ans lorsqu'il tourne "Les Egarés" sous la direction d'André Téchiné en 2003. Il incarne un délinquant en cavale qui, pendant l'Exode de juin 40, prend sous son aile deux enfants et leur mère, une jeune veuve troublante. Avec ce rôle, concentré de forces et de blessures, il remporte sa deuxième nomination au César du meilleur espoir masculin. L'année d'avant, il figurait dans la même catégorie avec la comédie "Embrassez qui vous voudrez" de Michel Blanc.

A lire aussi : Quand Gaspard Ulliel incarnait Henri de Guise dans "La Princesse de Montpensier" tourné en Aveyron

Un long dimanche de fiançailles

La troisième nomination au César du meilleur espoir masculin sera la bonne pour Gaspard Ulliel. Le jeune comédien décroche la statuette en 2005 pour "Un long dimanche de fiançailles" de Jean-Pierre Jeunet dans lequel il incarne Manech, le fiancé de Mathilde (Audrey Tautou) disparu en 1917 dans les tranchées et que la jeune fille refuse de croire mort. Dans cette superproduction qui fit plus de 4 millions d'entrées, Gaspard Ulliel incarne un jeune homme suspendu entre enfance et folie. Sa grâce dans ce rôle n'a d'égale que sa fraîcheur.

La princesse de Montpensier

En 2010, il joue Henri de Guise dans "La Princesse de Montpensier", un ambitieux film d'époque de Bertrand Tavernier, avec Mélanie Thierry et Lambert Wilson. Dans cette histoire d'amour sur fond de guerres de religion du XVIe siècle tournée en cinémascope, il incarne avec toute la fougue de sa jeunesse, le jeune cousin de la princesse de Montpensier.

Saint Laurent

C'est avec le "Saint Laurent" de Bertrand Bonello en 2014 que Gaspard Ulliel incarne son premier rôle d'homme, complexe et puissant. Après une année de travail où il cherche à trouver la voix si singulière du couturier, il livre un personnage sombre et fragile qui le fait connaître à l'international.

Nommé comme meilleur acteur aux César, c'est finalement Pierre Niney qui l'emporte pour le même rôle dans un autre "Yves Saint Laurent" de Jalil Lespert. Mais dans ce rôle - celui de sa vie, confessait-il - Gaspard Ulliel atteint une maturité splendide.

Juste la fin du monde

Louis, homosexuel, auteur à succès, retrouve sa famille après 12 ans d'absence pour leur annoncer "sa mort prochaine et irrémédiable". L'ombre de son Saint Laurent a nourri la composition de ce nouveau rôle grave et troublant, cette fois dirigé par Xavier Dolan en 2016. Le jeune réalisateur canadien filme ce fils prodigue comme un alter ego, étranger parmi les siens, aveuglés par l'hystérie familiale. Il gagnera son second César, cette fois, du meilleur acteur.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?