Covid-19 : pourquoi le pass sanitaire a permis d'éviter 4000 morts supplémentaires en France

  • Une étude révèle que le pass sanitaire a permis d'éviter la mort de 4000 personnes pendant la crise.
    Une étude révèle que le pass sanitaire a permis d'éviter la mort de 4000 personnes pendant la crise. REPRO CPA -
Publié le , mis à jour

Une étude du Conseil d'analyse économique (CAE) révèle, mardi 18 janvier, que le pass sanitaire pourrait avoir sauvé la vie de 4000 Français en cette période de crise sanitaire.

"Les pass sanitaires ont permis d'éviter environ 4 000 décès en France (soit 32 % de plus), 1 100 en Allemagne et 1 300 en Italie", présente une étude publiée par le Conseil d'analyse économique (CAE), avec l'aide de l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) et de l'Institut Bruegel, mardi 18 janvier.

Ces vies auraient été sauvées à partir du moment où la population a commencé à se faire vacciner massivement, dès que le pass a été instauré, mesure le CAE, un organisme proche de Matignon. Le rapport détaille : "On peut donc estimer que le pass sanitaire a eu pour impact d'augmenter le taux de vaccination d'environ 13 points en France, de 6,2 points en Allemagne et de 9,7 points en Italie".

L'étude poursuit : "en utilisant les données disponibles sur l'impact de la vaccination sur les admissions à l'hôpital, ainsi que le nombre de décès Covid, on peut aussi estimer l'impact du pass sur ces variables de santé". 

A lire aussi : La 5e vague de Covid-19 commence à décroître, selon l'épidémiologiste Arnaud Fontanet

Réduction du nombre de patients en soins intensifs

Sans l'arrivée du pass sanitaire, le CAE estime que le taux de vaccination aurait été de 65,2 % en France contre 78,2 % observé, ainsi que de 67,3 % contre 73,5 % observé en Allemagne et de 70,4 % contre 80,1 % observé en Italie.

L'augmentation du taux de vaccination a ainsi pu réduire le nombre de patients en soins intensifs, et "ainsi réduire le risque de mesures politiques publiques plus strictes telles que des confinements". 

L'étude estime que "le nombre de patients Covid-19 en soins intensifs aurait été fin 2021 d'environ 45 % supérieur à ce qui a été observé avec le pass sanitaire". Une différence loin d'être anodine, et qui aurait "entraîné des niveaux de pression hospitalière au-dessus des seuils atteints lors des confinements précédents".

Aussi un impact positif sur l'économie

L'étude s'intéresse également à l'impact économique qu'aurait pu apporter le pass sanitaire. En s'appuyant des données de l'OCDE et de l'Institut Bruegel, les auteurs de l'étude sont arrivés à la conclusion que le PIB de la France aurait été 0,6 % plus bas, en Allemagne 0,3 % plus bas et en Italie 0,5 % plus bas.

"Cela correspond pour le second semestre de 2021 à des pertes d'environ 6 milliards d'euros en France, 1,4 milliard d'euros en Allemagne et 2,1 milliards en Italie".

L'étude a notamment été signée par les économistes Philippe Martin, Patrick Artus et Guntram Wolff, ainsi que par l'épidémiologiste Arnaud Fontanet.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
camera Il y a 4 mois Le 19/01/2022 à 22:49

Donc maintenant, c'est le Conseil d'analyse économique (CAE), "un organisme proche de Matignon", qui nous parle de santé...
Au moins, tout est très clair...
Des chiffres (faux évidemment), des chiffres et des chiffres...
L'humain dans tout cela ?