Villefranche-de-Rouergue: qu'est-ce qu'Andjaro, dans le collimateur des enseignants ?

Abonnés
  • Antoine Cantais, cosecrétaire départemental du SNUIpp-FSU12, (à l’extrême gauche),  en compagnie de Maryline Laumond, Stéphanie Massol et Sébastien Laumond./Photo archives.
    Antoine Cantais, cosecrétaire départemental du SNUIpp-FSU12, (à l’extrême gauche), en compagnie de Maryline Laumond, Stéphanie Massol et Sébastien Laumond./Photo archives.
Publié le

À l’heure où plusieurs syndicats d’enseignants appellent à une nouvelle journée de grève ce jeudi, focus sur le procédé Andjaro, vu par certains comme une privatisation de l’éducation Nationale qui ne dit pas son nom…
 

Alors que les contaminations à la Covid gagnent du terrain dans les rangs de l’Éducation Nationale, la grogne monte au sein des enseignants remplaçants. En cause, la "solution Andjaro", une plateforme de mobilité interne développée en région parisienne par la start-up éponyme pour optimiser le remplacement des professeurs des écoles absents. "L’Aveyron fait partie des départements où ce système va se généraliser après une expérimentation de trois mois réalisée dans la Somme et dans le Lot. Mais, là ou le bât blesse, c’est que cette solution numérique a été développée au profit d’entreprises soucieuses d’optimiser leur personnel."

Absence de relation humaine et chaleureuse

"Elle ne se justifie absolument pas dans l’Éducation Nationale où les remplaçants fonctionnent déjà à flux tendu !" s’insurge Antoine Cantais, cosecrétaire départemental du SNUIpp- FSU12. "Sans compter que ce système nous prive d’une relation humaine et chaleureuse avec le secrétaire de circonscription qui assurait jusqu’alors cette fonction", souligne Emma*, l’une des 90 remplaçantes exerçant sur l’Aveyron.

Une relation ô combien réconfortante lorsqu’on doit débarquer au pied levé dans une école pour remplacer un collègue qu’on ne connaît pas et prendre en charge des élèves dont on ne sait rien… "Bien souvent, on ne dispose que de dix minutes pour prendre connaissance de l’état d’avancement du programme. Le plus souvent, il faut improviser car si les remplacements peuvent s’effectuer sur tout un trimestre, voire une année scolaire, ils se mesurent le plus souvent en termes de journées, comme pour assurer les décharges de services des directeurs, par exemple", précise le cosecrétaire, lui-même remplaçant.

Ubérisation de la profession d’enseignant

Ce que craignent en outre les instituteurs, c’est l’ubérisation de leur profession. Car non seulement l’ordre de mission doit leur être envoyé via leur mail professionnel mais encore par texto sur leur portable personnel. Inutile de préciser qu’au niveau syndical, consigne est donnée : ne pas accepter que les numéros personnels soient hébergés sur une plateforme privée pour éviter tout risque de traçage.

*Le prénom a été changé

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Dominique DESSART
Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Rouergue

295000 €

[SPECIAL INVESTISSEURS] Cet immeuble de rapport est situé au coeur de Laba[...]

350000 €

Suberbe ensemble immobilier rénover d'une maison d'environ 130m2 carré habi[...]

312500 €

Au coeur de la bastide villefranchoise, donnant sur une place ensoleillé...[...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Rouergue
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?