Covid-19 : jugeant le protocole à l'école contraignant, des parents tentés de rédiger de fausses attestations

  • Un autotest "tous les deux jours" : c'est trop pour certains parents.
    Un autotest "tous les deux jours" : c'est trop pour certains parents. Centre Presse Aveyron - EP
Publié le , mis à jour

Un protocole sanitaire qui a changé plusieurs fois en quelques semaines, plusieurs tests à réaliser à la maison plus des attestations sur l'honneur à présenter pour le retour à l'école... Les parents ne s'y retrouvent plus et trouvent les mesures sanitaires trop compliquées et trop contraignantes, pour eux comme pour leurs enfants.

Un autotest à J0, puis à J+2 et enfin à J+4 plus la fameuse attestation sur l'honneur, sésame pour le retour à l'école ou au collège pour les moins de 12 ans, non vaccinés : déclenché dès qu'un cas de Covid est déclaré dans une classe, le protocole sanitaire, en place depuis début janvier, est un vrai casse-tête pour les familles. D'autant qu'il faut tout recommencer à chaque nouveau cas.

"Un 'coton-tige' dans le nez tous les deux jours"

Un processus, pour le moins contraignant, que certaines familles ont décidé de contourner. Des parents en effet ne cachent pas leur envie de rédiger de fausses attestations sur l'honneur, afin d'éviter de multiplier pour leurs enfants les autotests. "Je n'ai pas envie de mettre un 'coton-tige' dans le nez de mes enfants tous les deux jours", avoue une maman dont les enfants sont scolarisés à Rodez.

A lire aussi : Covid-19 : pouvez-vous obtenir un autotest gratuit en pharmacie ?

Des autotests que les familles sont souvent obligées d'acheter elle-même - environ 5 euros à l'unité, une quinzaine d'euros par lot de cinq. Un coût non négligeable quand les tests se multiplient. "Le collège nous a fourni une boîte de 10, vite terminée. Et l'école nous permet d'en prendre gratuitement en pharmacie grâce à un bon de retrait, sauf quand un cas se déclare le week-end et qu'on n’a pas le papier de l'école", précise la mère de famille.

A lire aussi : Les autotests pas assez efficaces face à Omicron ? Voici comment bien les réaliser

"Il faut faire confiance aux parents"

Une situation dont les enseignants ont pris conscience, certains émettant quelquefois des doutes quant au bon déroulement des autotests avant le retour à l'école des enfants, avec des attestations sur l'honneur pouvant paraître... litigieuses.

"Il faut faire confiance aux parents", tempère Jérôme Lacombe, directeur du groupe scolaire Paul-Cayla à Druelle. "Nous veillons à ce que chaque enfant qui arrive à l'école présente son attestation. Mais notre rôle n'est pas de contrôler que les autotests ont été correctement effectués", note-t-il.  

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Altair12 Il y a 4 mois Le 20/01/2022 à 09:21

Quand le loi est mal faite ou mal acceptée elle est contournée ; c'est une évidence ! ! !