Moyrazès : la Refabrique raconte une nouvelle histoire avec vos meubles

Abonnés
  • Steve, à droite, œuvre dans son atelier à Moyrazès avec Romain, actuellement en apprentissage, qui s’apprête à se former auprès des Compagnons du devoir pour parfaire son savoir-faire.
    Steve, à droite, œuvre dans son atelier à Moyrazès avec Romain, actuellement en apprentissage, qui s’apprête à se former auprès des Compagnons du devoir pour parfaire son savoir-faire.
  • Le bois est recyclé, issus de vieux meubles ou chutes de bois délaissés au fond de greniers, amenés généreusement par des particuliers.
    Le bois est recyclé, issus de vieux meubles ou chutes de bois délaissés au fond de greniers, amenés généreusement par des particuliers.
  • La bibliothèque arbre, l’une de ses créations, du sur-mesure, qui joint l’utile à l’écoresponsable.
    La bibliothèque arbre, l’une de ses créations, du sur-mesure, qui joint l’utile à l’écoresponsable.
Publié le

Steve Moullé, ingénieur en industrie du bois, s’est installé en qualité de menuisier à Moyrazès. Sous le nom de "La Refabrique", il redonne vie à des meubles et chutes de bois, pour réaliser des œuvres uniques qui font un… carton. Dans son atelier, il vient même d’embaucher Romain, en apprentissage, pour partager sa passion et échanger leur savoir-faire.

Passionné depuis son enfance par la construction et le bois, Steve Moullé en a aujourd’hui fait son métier. "Je faisais mes propres cabanes quand j’étais enfant", dit en ce sens ce Mayennais venu s’installer en Aveyron. Ingénieur de formation, passé par l’École nationale supérieure des technologies et industries du bois (ENSTIB) à Épinal dans les Vosges, il a mis en pratique sa passion pour ne pas faire que celle-ci reste justement une image d’Épinal. "Je voulais travailler autrement, faire par moi-même, et être utile en y associant une démarche environnementale", explique Steve Moullé, conscient des enjeux à la fois climatiques et économiques pour la planète. Car tout est lié. D’où la mise en forme de sa micro-entreprise, "La Refabrique", pour donner vie à l’économie circulaire.

Mais avant d’intégrer un bout de hangar à Moyrazès, Steve Moullé s’est essayé dans un garage à Druelle où il a participé au premier salon du Réemploi. "Ce fut le déclic, je me suis fait mes propres meubles." En autodidacte, il est devenu menuisier ébéniste. La Refabrique est née. Steve Moullé ne se fixe pas de limite dans sa démarche. Il travaille le bois massif, le plus difficile mais le plus noble. Le but n’étant pas de consommer, mais au contraire de consumer le plus lentement possible les produits de consommation. Ainsi, dans ses mains et dans sa tête, il redonne vie à des morceaux de bois comme à des meubles abandonnés dans des greniers. "Un escalier en chêne est devenu un meuble de salle de bains, du traditionnel, il y a une histoire à travers un meuble, on peut faire du contemporain", dit Steve Moullé qui fait rimer passion avec imagination. Son succès est tel, à la fois sur la reconnaissance qualitative que dans sa démarche environnementale qui fait écho, que Steve a pris sous son aile le jeune Romain, en apprentissage. Les demandes abondent. Les clients se font plaisir en ayant conscience d’œuvrer à leur tour pour la bonne cause. Ainsi, ses créations uniques portent autant sur l’aménagement intérieur de particuliers que de commerces. Dernière en date, la galerie d’art de Jérôme Roux à Laguiole a fait appel à son savoir-faire. Bibliothèques, tables, parquets, présentoirs, etc. voient le jour avec du bois recyclé. Brocanteurs, déchetteries, partenariats comme le Secours Populaire, plateformes de reconditionnement lui permettent de trouver sa matière première, "et les gens aussi sont nombreux à venir pour se débarrasser en sachant que cela redonne vie à leur bois ", conclut-il.

Sa reconnaissance est bien établie, avec une aide de la Région de 8 000 € qui lui a permis d’acheter du matériel et l’obtention du Fabriqué en Aveyron par le Département. Le magazine "Silence, ça pousse" sur France 5 est aussi passé par son atelier. Désormais, il est même en capacité d’exaucer tous les aménagements grâce à la modélisation 3D conjuguant nature et progrès. Et comme rien ne se perd, tout se transforme, les copeaux sont aussi réutilisés pour, par exemple, réaliser des figurines. Il était un bois… Steve Moullé qui refrabrique le monde.

Ça chauffe !

La Refabrique de Moyrazès ne jette rien. Les chutes générées par l’activité sont disponibles à l’atelier pour les poêles à bois. Elles proviennent à 90 % des plus grosses pièces d’anciens meubles et vieux planchers en chêne.Les chutes ont été triées pour ne garder que le meilleur : bois sec, sans clou, ni vis, ni colle et sans produit de finition ou de préservation. Elles sont constituées à 95 % de bois dur (chêne, châtaignier, hêtre, noyer et robinier). Les bûchettes font en moyenne 30 cm de longueur. Du bois d’allumage est également disponible. En cette saison, c’est bien agréable de disposer de ce point de chute. Il est possible de se servir à l’atelier en semaine de 9 h à 18 h 30. L’atelier est situé à Moyrazès, rue Croix du Verdier. L’entrée se fait à l’arrière du bâtiment. Les bûchettes sont stockées en vrac et le bois d’allumage en sac.Contactez la Refabrique au 06 60 75 03 15 ou par mail contact@larefabrique.fr.
Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Olivier Courtil
Voir les commentaires
L'immobilier à Moyrazès

48000 €

A saisir en exclusivité dans votre agence Bages Immobilier, ce beau terrain[...]

580 €

Maison de village rénovée de type 4, d'une superficie de 71m2, sur 3 niveau[...]

13500 €

A Moyrazès Grange en pierre Premier niveau de 31 m2 Second niveau de 48 m2[...]

Toutes les annonces immobilières de Moyrazès
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?