Millau : l'ancien chef de la brigade des douanes condamné… pour trafic de drogue

  • Nicolas Drapé, l'ancien responsable de la brigade de Millau.
    Nicolas Drapé, l'ancien responsable de la brigade de Millau. CP - Archives José A. Torrès
Publié le , mis à jour

L’ancien responsable de la brigade des douanes de Millau a été jugé et condamné à Mulhouse, au mois de novembre dernier. Il était accusé d’avoir subtilisé une cinquantaine de kilos de cannabis, après une saisie, et livré cette drogue à un dealer.

L’enquête a démarré après une « dénonciation anonyme » adressée aux policiers de Mulhouse, point de départ d’une affaire de trafic de stupéfiants qui aurait pu apparaître comme banale. Seulement, l’un des principaux suspects de ce trafic n’était autre que le chef de la brigade des douanes de Millau, Nicolas Drapé. 
Il était encore en poste dans l’Aveyron lors de son interpellation et son placement en détention provisoire à l’été 2020. Son procès s’est déroulé au mois de novembre dernier, aux côtés de six autres prévenus, à Mulhouse et a été relaté par nos confrères de L’Alsace.


Jusqu’alors, le fonctionnaire âgé de 44 ans, était dépeint comme « un excellent agent des douanes ». D’ailleurs, la brigade millavoise était, et est toujours régulièrement citée pour ses prises spectaculaires sur l’A75 et aux alentours.
Ainsi, Nicolas Drapé s’était vu reprocher d’avoir livré, à Strasbourg, en plusieurs voyages, a un ami de régiment, dénommé Michaël Heid, une cinquantaine de kilos de résine de cannabis subtilisés dans les locaux de sa brigade, tout au long du premier semestre 2020.


De la drogue issue d’une prise réalisée avec son équipe : 532 kg découverts à l’automne 2019 dans un poids lourd en provenance d’Espagne, dissimulés dans une cargaison d’ail. Une fois livrée en Alsace, cette drogue était remise entre les mains d’autres individus, eux aussi jugés et condamnés par le tribunal de Mulhouse.

Quant au douanier, il a d’abord nié les faits avant d’être confronté aux résultats des analyses confirmant que le cannabis retrouvé provenait bien de la brigade de Millau. Nicolas Drapé a ensuite donné une version qui n’a guère convaincu les juges. Il a alors expliqué que son ami serait un informateur grâce auquel sa brigade a pu mettre la main sur ces 532 kg de cannabis. Et c’est avec l’espoir de réaliser de nouvelles saisies, qu’il aurait accepté de livrer une partie de la drogue.


Les magistrats se sont, une nouvelle fois, montrés dubitatifs et surtout, l’un des prévenus a nié être un informateur et a affirmé avoir remis au douanier la somme de
18 000 €. Les enquêteurs s’étaient également aperçus que le responsable de la brigade avait remplacé les plaquettes de cannabis par de la pâte céramique, qu’il dissimulait
9 000 € en liquide et une arme non déclarée.
« J’ai franchi la ligne rouge, je mérite d’être sanctionné », a lâché le douanier lors de son procès. Pour son avocat, Me Randall Schwerdorffer, le mobile de l’argent ne tenait pas. Il a expliqué que le sentiment d’insatisfaction professionnelle, « un vide existentiel », aurait poussé le douanier et son ami alsacien à démarrer ce trafic.


Le tribunal a condamné Nicolas Drapé à six ans de prison ferme, avec maintien en détention, 18 000 € d’amende et une interdiction définitive d’exercer toute fonction publique.
 

 

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?