Aveyron : la Coordination rurale livre ses actions à la préfecture

  • Jean-Noël Verdier et Noël Entraygues ont été reçus en préfecture.
    Jean-Noël Verdier et Noël Entraygues ont été reçus en préfecture. Repro CP
Publié le

Le président Jean-Noël Verdier et le responsable du réseau bovin viande, Noël Entraygues, ont rencontré la préfète Valérie Michel-Moreaux afin de discuter de la place de la Coordination rurale Aveyron au sein du monde agricole.
 

Soucieux de mener à bien leurs différentes actions et afin également de donner un peu plus de lumière à leur syndicat, les responsables de la Coordination rurale Aveyron souhaitaient rencontrer la préfète Valérie Michel-Moreaux. Jean-Noël Verdier, le président, et Noël Entraygues, le responsable du réseau bovin viande, ont ainsi été reçus dernièrement à la préfecture pour une réunion à laquelle participaient également Joël Fraysse, directeur départemental des territoires, et la secrétaire générale Isabelle Knowles.

Après une mise en bouche où les dirigeants ont regretté que " depuis plusieurs années " leur syndicat " est confronté à une politique de la porte close avec une obstruction manifeste de la part de structures d’enseignement agricole ", le sujet des rats taupiers est venu sur le bureau. "Nous avions déjà alerté le ministre Julien Denormandie lors de sa venue alors que ce dernier pensait l’affaire classée. Le problème est bien réel. Car la problématique ne se limite pas à l’aspect visuel. Il est important de prendre conscience des impacts sur la santé des animaux, mais surtout humaine lors de la distribution des fourrages."

L’ombre des vautours

Par ailleurs, et concernant la loi Égalim 2, Noël Entraygues a rappelé que le département n’a pas attendu cette législation pour contractualiser puisque les appellations veaux de l’Aveyron et bœuf fermier étaient déjà des précurseurs. En revanche, " la Coordination rurale n’est pas opposée à cette loi, mais au caractère obligatoire qui en découle ". Et d’appuyer : " Les pratiques du monde agricole sont basées sur la confiance mutuelle et non sur un contrat finalisé par un renvoi au tribunal en cas de discorde. " Tout en fustigeant qu’au-delà des frontières, les acheteurs ne sont pas soumis aux mêmes lois.

Jean-Noël Verdier et Noël Entraygues ont ensuite évoqué une des " inquiétudes des éleveurs ", en l’occurrence les vautours. Lors d’un comité organisé le 18 janvier, la Coordination rurale et le maire de Laguiole Vincent Alazard avaient émis l’idée d’une "régulation". La réponse de la préfète a été catégorique : "Cela n’est pas possible car nous avons affaire à une espèce protégée. Mais, je souhaite que l’on avance avec vous sur ce thème."

Le responsable du réseau bovin viande a néanmoins soulevé qu’"aucune loi n’oblige les éleveurs à alimenter les placettes, mais la loi oblige l’État à assurer les services d’équarrissage dans les exploitations".

Paulo Dos Santos
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Laurent__du_79 Il y a 4 mois Le 13/02/2022 à 06:50

La France va construire des milliers de réserves collinaires (Caussade) pour protéger la population des inondations qui font des millions d'euros de dégâts tous les ans (et même des morts ...), La France va construire des milliers de bassins de rétention (bassines, en Deux Sèvres) pour mettre aux normes les rejets urbains (eaux de ruissellement et eaux usées). En Nouvelle Aquitaine, une simple mise aux normes des rejets urbains dépasse très largement les besoins en irrigation de la totalité de la Surface Agricole Utile, plus de 5 milliards de m3 pour 4 millions d'hectares ! Depuis la covid 19 les ARS ont mis le nez dans les rejets urbains qui polluent massivement et illégalement les rivières, avec le risque de contamination au covid des bassins ostréicoles l'état va mettre enfin aux normes les villes, la mise aux normes consiste simplement à sortir les tuyaux des rivières pour les envoyer dans des bassins de rétention !

Laurent__du_79 Il y a 4 mois Le 12/02/2022 à 09:49

Un pays sans eau c'est un désert, une agriculture sans eau c'est la famine, pas de biodiversité sans eau et pas de climat sans eau, c'est l'urgence climatique qui nous impose de réguler le débit des rivières pour ne plus inonder et avoir de l'eau l'été.