Rodez : la station-service du Palais a laissé place à la pharmacie du... Palais

Abonnés
  • Les travaux ont commencé par la dépollution du terrain. Une partie des murs existants seront démolis prochainement.
    Les travaux ont commencé par la dépollution du terrain. Une partie des murs existants seront démolis prochainement.
Publié le

Fermé il y a un an, le site de la station-service du Palais a été racheté. C'est une pharmacie qui viendra y prendre place. Et c'est Jean-Marc Panijel qui porte ce projet d'une superficie de 429m2. 
 

L'ancienne station-service du palais a laissé place, ce jeudi, à un petit tractopelle. L'engin creuse minutieusement le plancher en béton, pour une dépollution du terrain. Il faut dire que la station-service,  le dernier garage en centre-ville de Rodez, qui a fermé ses portes, il y a un an pile (février 2021), va laisser place à une pharmacie. La dépollution des sols reste, dans ce cas,  une procédure légale et  obligatoire  pour éviter  toute problématique potentielle. Suite à ces travaux, une démolition partielle des murs existants interviendra, prochainement. 

C'est Jean-Marc Panijel qui porte ce  projet, situé sur le boulevard de Laromiguière. Le pharmacien avait déposé son permis quasiment à la fermeture de la station (en mars 2021). Son projet sera construit sur  429.82m2. Le terrain, quant à lui, dispose d'une une superficie de  536m2. La pharmacie sera pourvue de six places de stationnement. 

Finalement, la  "friche" ne sera pas restée longtemps à l'abandon. En effet, dès le 28 juillet 2021, la mairie avait délivré le permis pour ce nouveau commerce, conçu par un cabinet d'architectes toulousains (Combis et Pereira). Si l'on peut regretter la disparition de la dernière station-service en plein cœur de la ville ( par manque de repreneur), on peut,  au contraire,  se réjouir de l'arrivée de ce nouveau commerce. 

Il y a de la place pour une autre pharmacie encore

Il faut dire que jusqu'à présent, la ville était déficitaire en officine pharmaceutique. Ces dernières années, elle en avait perdu deux.  Après celle de la rue du Bal qui n'avait pas été reprise et  la pharmacie  Terral (boulevard Gambetta), restée vacante après le départ à la retraite de Jean Terral, Rodez  pouvait légitimement  prétendre à leur remplacement, eu égard à  sa  démographie et à la législation actuelle. 

Pour rappel, le secteur de la  pharmaceutique  n'est pas un commerce comme un autre. Ces professionnels ne peuvent pas s'installer comme ils le souhaiteraient. Leur création et leurs mouvements sont très codifiés. Et  si le regroupement ou le déménagement jouissent d'une législation souple, la création est autrement  différente. Elle est liée à des conditions d'urbanisation, de démographie et des exceptions comme des zones franches urbaines, des quartiers prioritaires de la politique de la ville, des zones de revitalisation rurale etc. 

En attendant, Rodez peut prétendre à l'arrivée d'une autre pharmacie. Encore faut-il trouver quelqu'un souhaitant s'installer au sein du chef-lieu... 

 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

275 €

Location studio - Rodez, quartier des Moutiers Ce studio de 20.30 m2 au 1er[...]

185000 €

Grand appartement traversant de 80 m² en dernier étage, il dispose d'une cu[...]

556 €

T3 2° + Parking n°120 -2 Une entrée avec placard, une cuisine américaine av[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?