Sud-Aveyron : les maires s’engagent pour un roquefort sans Nutri-score à la veille du Salon de l'agriculture

  • Un plat industriel au fromage systématiquement mieux noté que le roquefort ?
    Un plat industriel au fromage systématiquement mieux noté que le roquefort ? - Repro CP
Publié le

Le Salon de l'agriculture démarre ce samedi 26 février à Paris. L'Association des maires de l'Aveyron a lancé une motion auprès des édiles du département pour soutenir la filière roquefort qui demande à être exemptée du Nutri-score.
 

À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, l’Association des maires et présidents de communautés de communes de l’Aveyron, a lancé une motion de soutien à la filière roquefort. Mis en place en 2016 en France, le Nutri-score est un repère graphique basé sur une échelle de 5 couleurs (du vert au rouge), associées à des lettres allant de A (meilleure qualité nutritionnelle) à E (moins bonne qualité nutritionnelle).

"Un algorithme tronqué"

Nutri-score prend en compte, pour 100 g de produit, les nutriments dont la consommation excessive nuit à la santé (comme le sel, les sucres et les acides gras saturés), et les nutriments positifs (comme les protéines, les fibres, et aussi les quantités de fruits, légumes). Cette formule aboutit, pour la majorité des fromages, à un classement en D et E en raison des graisses saturées et du sel. "Pourtant, le fromage peut être consommé dans le cadre d’une alimentation équilibrée. Selon les autorités de santé, la bonne dose de fromage à manger est d’environ 40 g par jour", rappelle Jean-Marie Calvet, le président de l’ADM 12.

Cette démarche est aujourd’hui facultative pour les industriels de l’agro-alimentaire et les distributeurs. Toutefois, la commission européenne pourrait rendre obligatoire le système de notation Nutri-score en 2022. Les fromages de brebis comme l’AOP roquefort seraient classés en D et en E, ce qui les définiraient comme étant "mauvais pour la santé" au regard de cette note Nutri-score.

L'exemption demandée

Depuis plusieurs mois, la confédération générale de Roquefort demande l’exemption du Nutri-score. Elle estime que l’algorithme est " tronqué. " La filière s’interroge notamment sur la notation à partir d’une portion de base de 100 grammes, ou encore sur le fait que le Nutri-Score ne tienne pas compte de la présence d’additifs pour évaluer les produits. "Le Nutri-Score favorisera le développement de produits très transformés que l’industrie agro-alimentaire pourra modifier à souhait pour obtenir un A ou un B (...) et il discriminera un pan entier de produits français de terroir, qui, respectueux du cahier des charges de leur signe de qualité, ne pourront pas s’adapter."

Une motion lancée auprès des maires de l'Aveyron

Les conséquences de ce mauvais classement, telle qu’une réduction de la consommation, "seraient lourdes pour le territoire". La filière du roquefort est composée de 3 500 éleveurs de brebis et 2 000 personnes travaillant dans les fromageries du pays de Roquefort. "Au-delà des effets déplorables sur l’agriculture et l’emploi, cela mettrait en péril notre patrimoine gastronomique et notre culture aveyronnaise."

JDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Roquefort-Sur-Soulzon

195000 €

À vendre, charmante grange à usage d'habitation avec un fort potentiel. Ell[...]

Toutes les annonces immobilières de Roquefort-Sur-Soulzon
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?