La Bretagne, première région de l’entrepreneuriat féminin en France

  • La Bretagne, première région de l’entrepreneuriat féminin en France
    La Bretagne, première région de l’entrepreneuriat féminin en France
Publié le

Le baromètre Infogreffe " Les Femmes et l'Entrepreneuriat en 2021 ", publié le 8 mars dernier à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, affiche des chiffres encourageants bien que certaines inégalités persistent. 

32 % des entreprises ont été créées par des femmes en 2021 en France. Un chiffre stable depuis trois ans. En effet, l’entrepreneuriat féminin n’a pas été particulièrement impacté par la crise sanitaire. Ces entrepreneures ont ainsi pleinement participé à la croissance du secteur entrepreneurial français, qui a connu une augmentation de 30 % d’entreprises créées par rapport à 2020.

Géographiquement, l’ouest de la France est le meilleur élève en termes d’entrepreneuriat féminin. La Bretagne et la Normandie décrochent la première place sur le podium, avec en moyenne 36 % de femmes sur l’ensemble de leurs entrepreneurs en 2021. La région Île-de-France, en tête de la création d’entreprise, ne compte en revanche que 29 % d’entrepreneures.

Des stéréotypes toujours présents

Ce baromètre souligne la persistance de certains stéréotypes de genre. En 2021, trois quarts des femmes entrepreneures évoluent encore dans l’industrie de l’habillement et la fabrication de textile. Viennent ensuite les services à la personne comme la blanchisserie-teinturerie, la coiffure ou les soins de beauté. Les entrepreneures sont toujours bien moins présentes dans les secteurs du bâtiment ou de la tech par exemple.

La proportion de femmes en matière de gouvernance reste également stable depuis 2019. Parmi les entreprises créées, près de 20 % d’entre elles sont dirigées exclusivement par une ou plusieurs femmes, contre 63 % par des hommes. Les 17 % restantes ont aujourd'hui à leur tête des dirigeants des deux sexes. " La disponibilité en matière de temps représente la dernière frontière à l’égalité des sexes. L’effet de sélection s’opère alors contre les femmes, déjà sollicitées par leur vie de famille, et d’autant plus lorsqu’elles ont des enfants. ", soulignait Anne Boring, directrice de la chaire pour l’entrepreneuriat des femmes à Sciences-Po, sur Big média en décembre dernier.

Des actions soutenues par Bpifrance

En mars 2021, Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance, et Elisabeth Moreno, ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, ont signé un accord de trois ans afin de "développer et promouvoir la création et la reprise d'entreprises par des femmes". Lors de sa signature, Nicolas Dufourcq affirmait : " Bpifrance porte depuis sa création une action forte en soutien de l’entrepreneuriat des femmes. La diversité et la représentativité dans l’entrepreneuriat est source de richesse et de création de valeur, c’est pourquoi nous renforçons les moyens donnés à l’information, l’accompagnement et au financement des femmes qui entreprennent.".

Pour mettre en œuvre cet accord, Bpifrance structure son action en faveur de l’entrepreneuriat féminin autour de quatre axes. Dans un premier temps en accompagnant et finançant davantage les projets portés par des femmes. Ensuite, en renforçant la part des entreprises dirigées par des femmes dans son portefeuille de participations directe et en entraînant le marché du capital investissement vers plus de mixité. En parallèle, la banque des entrepreneurs féminise ses programmes, sensibilise et forme les dirigeants et collaborateurs aux enjeux de la mixité et promeut la visibilité des femmes dirigeantes. Pour finir, afin de lever les barrières au développement de l’entrepreneuriat féminin, Bpifrance travaille à une meilleure compréhension de ses difficultés de financement et de ses freins.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?