Guerre en Ukraine : ces entreprises françaises qui continuent de faire leurs affaires en Russie

  • Leroy Merlin continue de faire des affaires en Ukraine comme en Russie... sauf en cas de bombardement de ses magasins.
    Leroy Merlin continue de faire des affaires en Ukraine comme en Russie... sauf en cas de bombardement de ses magasins. - Capture d'écran
Publié le , mis à jour

Malgré l'agression russe en Ukraine, quasiment aucune des quelque 1 200 entreprises françaises présentes en Russie ne semble vouloir renoncer à ses activités, même si certaines ont annoncé les avoir mis quelque peu au ralenti. Tour d'horizon, alors que 41 % des Français se disent prêts à boycotter les enseignes ou marques toujours présentes en Russie.
 

"Aucune entreprise française n'est partie" de Russie depuis l'invasion de l'Ukraine : ces mots sont de Pavel Chinsky, le directeur général de la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Russie, lundi 21 mars, cité par BFMTV. Tout en précisant que "partir, cela signifie mettre la clé sous la porte, renvoyer les effectifs, rendre les bureaux, fermer les hangars" M. Chinsky s'est prononcé en faveur du maintien des entreprises françaises en Russie.

Si certaines ont suspendu ou freiné leurs activités durant ces temps de guerre, notamment de grands groupes de luxe français, selon France Info, d'autres continuent leurs activités comme si de rien n'était. C'est le cas de Leroy Merlin, Auchan ou Décathlon, trois enseignes appartenant à la famille Mulliez, 4e plus grande fortune de France. Leroy Merlin a d'ailleurs été victime des Russes à Kiev ce dimanche à Kiev, dans le bombardement d'un centre commercial qui a fait au moins 8 morts. Dans la foulée, les salariés ukrainiens de l’entreprise ont demandé à Adeo, la holding de Leroy Merlin, de cesser ses activités en Russie, selon le Huffington Post. Alors que le ministère de la Défense ukrainien relevait ironiquement que "“Leroy Merlin devient la première entreprise au monde à financer le bombardement de ses propres magasins”.

Du côté de la famille Mulliez, on défend le respect d'une sorte de service, consistant à "continuer à verser les salaires et fournir de l’alimentation” à la population, selon une communication interne du groupe rapportée par la CFDT. Mieux : selon un quotidien britannique, Leroy Merlin aurait discuté hausse des coûts de production et augmentation des livraisons avec ses fournisseurs russes, après la suspension des activités dans le pays de son concurrent suédois, Ikéa...
La Russie représente une manne de revenus non négligeable pour le groupe Mulliez : 36 000 salariés et 107 magasins en Russie pour Leroy Merlin, 30 000 collaborateurs et 231 magasins pour Auchan, et 60 magasins pour Décathlon. Mulliez réalise un chiffre d'affaires annuel de 3,1 milliards d'euros en Russie, soit 10 % de son chiffre d'affaires mondial (30 milliards), selon Le Figaro. Tout en continuant ses activités en Ukraine. Le business est plus fort que la guerre...

Une liste non exhaustive d'enseignes et de marques

Selon La Croix, il y a 1 200 entreprises françaises (marques ou enseignes) présentes en Russie, dont 35 appartiennent au CAC40. Nombreuses sont celles qui continuent tout ou partie de leurs activités, directement ou via des filiales, quand bien même l'armée russe ravage le voisin ukrainien. Selon un sondage, 41 % des Français se disent prêts à boycotter ces groupes, marques ou enseignes. Avec Leroy Merlin, Auchan et Decathlon, en voici quelques autres, une liste non exhaustive concoctée avec La Dépêche du Midi  :

  • Renault
  • Danone
  • Lactalis
  • Bonduelle
  • Pernod-Ricard
  • TotalEnergies
  • Le groupe hôtelier Accor
  • Sanofi
  • EDF et Engie
  • Stellantis (ex-Peugeot - Citroën)
  • Société Générale
  • Safran
  • Alstom
  • Air Liquide
  • Saint-Gobain...

Renault finit par suspendre ses activités en Russie

Pour le quotidien britannique Daily Telegraph cité par Le Courrier International, la France fait figure de mauvais élève en matière de restrictions économiques contre la Russie. Alors même que le 17 mars dernier, un certain Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe, louait la politique russe du président français Emmanuel Macron...

Ce mercredi 23 mars, selon France Info, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a de nouveau appelé au départ des sociétés françaises installées en Russie. Dans la foulée, Renault a annoncé suspendre immédiatement les activités de son usine de Moscou. Grâce à sa filiale AvtoVAZ, Renault contrôle 30 % du marché automobile russe et emploie 45 000 personnes, note le Courrier international citant Newsweek.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Altair12 Il y a 3 mois Le 23/03/2022 à 07:51

Ces sociétés sont présentes dans l'UE ; il serait bien que les consommateurs européens les boycottent ; puisque leurs dirigeants placent les intérêts financiers avant la morale, toucher à la rentabilité de ces sociétés les aiderait à réfléchir !