Les "Aveyronnais de Toulouse" ont pris plaisir à partager une très belle soirée

Abonnés
  • Fixées initialement le 6 janvier, les retrouvailles des "Aveyronnais de Toulouse" ont eu lieu jeudi. Près de 90 personnes ont répondu à l’invitation.	Rui Dos Santos
    Fixées initialement le 6 janvier, les retrouvailles des "Aveyronnais de Toulouse" ont eu lieu jeudi. Près de 90 personnes ont répondu à l’invitation. Rui Dos Santos
Publié le

Près de 90 personnes ont répondu à l’invitation de Marjorie Dalbin et du groupe Aveyron WorldWide, pour des retrouvailles qui ont eu pour cadre, jeudi soir, le restaurant Les Chimères, au cœur du quartier Saint-Cyprien, dans la Ville Rose.

"Merci beaucoup Marjorie !". Quel dommage que la date limite du dépôt de candidature soit passée, elle aurait pu se lancer dans la course à la présidentielle. Marjorie Dalbin a ainsi rallié tous les suffrages, jeudi dernier, à l’occasion de la soirée des "Aveyronnais de Toulouse", qui a eu pour cadre le restaurant Les Chimères, dans le quartier Saint-Cyprien, appartenant à la Réquistanaise, âgée de 27 ans, Manon Laur.

Près de 90 personnes, sans compter la petite dizaine qui ont dû déclarer forfait à la dernière minute car elles étaient cas contact, ont ainsi répondu à l’invitation de l’ancienne joueuse de football de Rodez. Laquelle a pu s’appuyer sur le réseau du groupe Aveyron WorldWide, avec la précieuse collaboration de Christophe Palous, un des deux créateurs (avec Stéphane Rouquette), en 2014, de ce réseau qui a dépassé les 1 600 membres aujourd’hui. Cadre chez Carrefour depuis de longues années, Marjorie Dalbin a lancé ce défi, qu’elle qualifie "d’un peu fou", voilà moins de six mois. Elle a identifié, par le biais du réseau professionnel LinkedIn, environ 300 Aveyronnais demeurant dans la Ville Rose. Elle a décidé de leur écrire.

Les retrouvailles étaient programmées le 6 janvier mais la crise sanitaire ne l’entendait pas de cette oreille. Il en fallait plus pour couper l’élan de cette grande passionnée de course à pied. Le rendez-vous a été fixé jeudi dernier et le bouche à oreille lors des deux derniers mois a fait grossir les effectifs puisque le premier étage de l’établissement retenu a failli être trop petit pour accueillir tous les convives. De Montsalès ou de Rulhac-Saint-Cirq, de Millau ou d’Entraygues, de Villeneuve ou d’Olemps, de Saint-Geniez-d’Olt ou de Rodez, un badge avec nom, prénom et village d’origine bien en vue sur la poitrine, ils étaient tous heureux d’être là.

Pour faire connaissance ou pour se retrouver sans que le poids des années qui ont passé plombe le plaisir d’ouvrir le tiroir à souvenirs. Cette soirée se voulait juste conviviale, elle a tout bonnement dépassé les espoirs les plus optimistes des organisateurs. "Merci d’avoir répondu présents", s’est réjouie, un brin émue, Marjorie Dalbin, levant son verre à la santé d’une soirée qui en appelle beaucoup d’autres.

La question brûlait d’ailleurs toutes les lèvres au moment du départ : "Et maintenant... on remet ça quand ?". Le mois de juin, avec une animation extérieure, semble tenir la corde. Et il n’est pas impossible que cette prochaine initiative n’ait pas lieu sur terre ! Les pronostics vont déjà bon train. Faites vos jeux...

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
A Toulouse, Rui Dos Santos
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?