Dégâts dans les cultures : les chasseurs aveyronnais veulent partager la facture

  • Pour l’avenir, la fédération va continuer à miser sur les formations, garantes de sécurité à tous niveaux.
    Pour l’avenir, la fédération va continuer à miser sur les formations, garantes de sécurité à tous niveaux.
Publié le , mis à jour

L’assemblée générale de la fédération aveyronnaise a eu lieu ce samedi à Luc avec au menu sécurité, formation mais aussi préoccupation quant aux montants à venir des dégâts générés par le grand gibier dans les cultures.

Ils sont précisément 10 199 dans l’Aveyron et ils ont pu goûter, ce samedi à Luc, au bonheur presque oublié des retrouvailles physiques après trois ans de réunions virtuelles. Deux principaux points figuraient au programme de cette assemblée générale: l’élection de plusieurs nouveaux administrateurs et les préoccupations au sujet des dégâts causés par les animaux et facturés à la fédération aveyronnaise. Au cours de l’exercice passé, cette facture a représenté 131927€ et, même si elle est «en baisse de 5,91 %» comme le souligne le président Jean-Pierre Authier, plusieurs problèmes viennent d’apparaître.
À commencer par une augmentation mondiale du prix des céréales de 30 à 40 %, accélérée dans des mesures encore difficiles à appréhender par la guerre en Ukraine. «C’est une préoccupation, on ne sait pas où on va», explique le président.
C’est le cours mondial des céréales qui fait foi en la matière, et les chasseurs, pas plus que les autres, n’avaient pu anticiper cette situation. D’où la demande du président national, reformulée ce samedi à Luc, de passer à un « financement partagé avec l’État ».
Au gré des échanges, Jean-Pierre Authier a évoqué les propositions « ubuesque » de plusieurs candidats à la présidentielle d’interdire la chasse le week-end et pendant les vacances scolaires. Il a aussi été question du dramatique accident survenu à Flagnac (l’assistance a observé une minute de silence pour les familles) pour revenir au thème de la sécurité, «préoccupation première» de la fédération aveyronnaise.
Inédit : une femme administratrice
Dans ce contexte, la fédération nationale a lancé une formation décennale à la sécurité, un geste de « courage » et qui concerne l’ensemble des chasseurs. «Plus que jamais nous devons nous investir ensemble pour garantir le partage du territoire en toute quiétude pour nos chasseurs et les autres usagers de la nature, ceux qui n’ont pas compris cela n’ont rien à faire dans nos rangs », affirme Jean-Pierre Authier.
Pour l’avenir, la fédération va continuer à miser sur les formations, garantes de sécurité à tous niveaux et dispensée à haute cadence dans le département : chasse accompagnée, à l’arc, formation des piégeurs, chefs de battue, présidents de société, hygiène et venaison, chasse silencieuse et même secourisme canin, pour venir en aide aux chiens blessés.
Il sera aussi question de poursuivre le développement de la présence numérique : sur Facebook et Instagram depuis peu, la fédération aveyronnaise est «très consultée» selon son président et entend continuer dans cette voie.
Plusieurs des administrateurs de la fédération ont été renouvelés hier.
À la faveur de ce changement, situation inédite dans l’Aveyron, une femme rejoint l’équipe. Il s’agit de Florence Hortes, présidente de l’association « L’Aveyron chasse au féminin, qui compte près de 40 chasseresses. Ce nouveau conseil d’administration élira prochainement le bureau, qui procédera son tour à l’élection du futur président « sous 15 jours ». À la question de savoir s’il est candidat à sa propre succession, Jean-Pierre Authier répond, immédiatement : «Bien sûr!».

En chiffres

10 199 chasseurs dans l’Aveyron
12 935 sangliers tués au cours de la saison 2020-2021.
131 927 € de dégâts causés par le grand gibier et facturé à la fédération aveyronnaise, un chiffre en baisse de 5,91 % par rapport à l’exercice précédent.
3 545 renards abattus au cours de la saison 2021-2022 ainsi que 2 328 pies, 1 721 ragondins, 707 corneilles, 792 grands cervidés et 8 273 chevreuils.
95 €, le montant de la cotisation annuelle pour un chasseur.

Xavier Buisson
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?