Aveyron : les couteliers de Laguiole voient leur demande d’indication géographique rejetée

  • Le couteau "de Laguiole" essuie un revers, le "Laguiole" attend son heure.
    Le couteau "de Laguiole" essuie un revers, le "Laguiole" attend son heure. Centre Presse Aveyron
Publié le

Déception pour les fabricants de couteaux de Laguiole. L’Inpi vient de rejeter la demande d’indication géographique pour protéger les couteaux à l’abeille. Une autre demande, déposée par les fabricants de Thiers, a semé la confusion.

Après s’être battu des années durant devant les tribunaux pour pouvoir réutiliser son nom, Laguiole vient de perdre un nouveau combat pour faire reconnaître le savoir-faire de ses forges. Une désillusion pour les couteliers de l’Aubrac, indique la rédaction de 20 minutes qui vient cette fois de l’Institut national de la propriété industrielle auprès de qui plusieurs entreprises employant 220 salariés avaient déposé en novembre 2020 un dossier de demande d’indication géographique des couteaux de Laguiole.

Un moyen de maintenir des emplois locaux sur place et "défendre le savoir-faire". Mais lundi 11 avril, l’Inpi a décidé de rejeter cette demande. Les couteliers voisins de Thiers, eux-mêmes fabricants de laguiole, ont eux aussi fait une demande d'indication géographique. 

La concurrence de Thiers

Ce projet porté par l’association "Couteau laguiole Aubrac Auvergne" comprend une grande majorité d’artisans du bassin de Thiers. Depuis des années ils produisent eux aussi le fameux couteau et ne voulaient pas se voir priver de la possibilité d’avoir eux aussi une indication géographique indique l'AFP. "L’attribution d’une IG ne saurait exclure les couteliers du bassin thiernois qui entretiennent continûment le savoir-faire traditionnel associé depuis plus de cent cinquante ans. D’autant plus que ces derniers ont permis la survie de ce couteau aujourd’hui emblématique de la coutellerie française", ont-ils fait valoir lors du dépôt de leur dossier. L’enquête publique sur cette seconde demande s’est clôturée le 21 mars au soir. "Le délai légal pour envoi de la synthèse à l’association est de deux mois, donc d’ici au 21 mai", indique l’Inpi.

Honoré Durand le président du syndicat des fabricants aveyronnais du couteau de Laguiole est amer : "On est outré, parce qu'en fait, on va contre l'intérêt du consommateur et contre l'idée de la loi, dit-il à 20 Minutes. J'ai du mal à comprendre. Notre syndicat représente 95% de la masse salariale et du chiffre d'affaires généré sur la zone que nous avions défini. On n'est pas dans la même géographie. On n'est pas dans les mêmes procédés de fabrication."  Ce dernier a reçu l’appui de nombreux élus, notamment celui de la présidente de la région Occitanie, Carole Delga.

C’est un combat fondamental que nous menons avec le maire de #Laguiole et les artisans locaux : protéger pour toujours le savoir-faire ancestral de ce haut-lieu de la coutellerie avec une @iglaguiole ? #FabriquéEnOccitanie pic.twitter.com/RhqT98ovc2

— Carole Delga (@CaroleDelga) February 17, 2022

 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Laguiole

636000 €

La situation : Idéalement situé aux portes de l'Aubrac dans un charmant vi[...]

560000 €

MAISON CENTRE VILLE DE LAGUIOLE Venez découvrir, dans le village de LAGUIOL[...]

89700 €

Sur le plateau de l'Aubrac et sur la commune de Laguiole, corps de ferme co[...]

Toutes les annonces immobilières de Laguiole
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Amans-Ginisty Il y a 3 mois Le 17/04/2022 à 12:00

"On n'est pas dans les mêmes procédés de fabrication."
AH OUI ?
A qui veut il faire croire que le président des couteliers du laguiole fabrique à la main ? ? ?
QUAND ON PRONE LA VERITE POUR LE CONSOMMATEUR, IL FAUT DIRE LA VERITE VRAIE. Aurais t on inventé à Laguiole, la machine programmée à "tout faire à la main" ? LE CONSOMMATEUR DOIT SAVOIR qu'à Laguiole et à Thiers, on utilise les mêmes machines et les mêmes méthodes pour faire un couteau.Les gens de Thiers travaillent aussi bien que nous. C'est normal, c'est eux qui ont appris à nos couteliers laguiolais à travailler le couteau.
QUAND ON PRONE LA VERITE POUR LE CONSOMMATEUR, IL FAUT DIRE LA VERITE VRAIE:
Mr Durand le président-coutelier des laguioles d'Aveyron oublie de dire au consommateur que la famille Durand est aussi propriétaire d'une usine de couteaux à Thiers. Comment peut-il oublier et mordre la main qui le nourrit ? Comment ? La mémoire est parfois sélective.
Si les artisans du couteau de notre village de Laguiole, qui faisaient leurs couteaux tout à la main, dans les années 1900, et n'arrivaient pas à produire suffisamment, tant le couteau plaisait, n'avaient pas appelé à la rescousse les couteliers de Thiers à les aider et leur fabriquer des laguioles poinçonnés au nom de nos couteliers du village de Laguiole, il est probable que le couteau laguiole aurait disparu et sa petite coutellerie artisanale aussi. Alors ayons la reconnaissance du ventre, les Thiernois travaillent aussi bien que nos couteliers laguiolais. C'est ceux de Thiers qui ont appris à nos couteliers à travailler.
Même si mon coeur me fait pencher d'un côté, je ne peux oublier que Laguiole et Thiers ont un long passé commun et espérons un bel avenir sans chamailleries inutiles qui font tant plaisir aux concurrents de l'Asie.

Occitanix12 Il y a 3 mois Le 12/04/2022 à 10:16

Je suis très en colère. J'espère que Laguiole va obtenir gain de cause. Bon courage aux couteliers