Emploi : des milliers de postes à pourvoir en Aveyron

Abonnés
  • Plusieurs secteurs, comme le BTP, cherchent désespérément de la main-d’œuvre.
    Plusieurs secteurs, comme le BTP, cherchent désespérément de la main-d’œuvre. Archives JAT
Publié le

Selon une récente étude annuelle de Pôle emploi, les entreprises du département s’apprêtent à recruter massivement durant l’année qui vient. Seulement, la main-d’œuvre pourrait faire défaut dans de nombreux secteurs.

Plus que jamais, les besoins en main-d’œuvre des entreprises aveyronnaises sont importants. Ils sont même en forte hausse par rapport à l’année dernière, selon une récente étude publiée par Pôle emploi. Ainsi, près de 12 880 projets de recrutement sont envisagés par celles qui ont répondu à l’enquête*, soit une hausse de 35 % par rapport à 2021. Et 64 % des projets de recrutement concernent des emplois non-saisonniers. Quatre établissements interrogés sur dix envisagent de recruter.

Dans le détail, six projets d’embauches sur dix seraient prévus dans des établissements de moins de 10 salariés. Concernant les secteurs qui ont l’intention d’e recruter, sans grande surprise, le secteur de l’hébergement-restauration enregistre la plus forte progression par rapport à 2021. Suivi de près par les secteurs du commerce (+ 53 %), de la construction (+ 47 %).

Autre donnée d’importance, 52 % des entreprises ayant répondu à l’enquête assurent vouloir embaucher pour faire face à un surcroît d’activité ponctuel. Et 63 % des contrats que les employeurs souhaitent proposer sont des CDI ou des CDD de six mois ou plus.

Régulièrement, les différentes branches professionnelles alertent sur la pénurie de main-d’œuvre : dans la restauration bien sûr, mais également dans le bâtiment, le médico-social, etc.

Recrutement "difficile"

Parmi les dix métiers non saisonniers les plus recherchés en 2022, les employeurs rappellent à nouveau cette problématique et ces professions restent toujours en tension.

Aussi, parmi les chiffres publiés dans l’étude de Pôle emploi, la part des projets de recrutement saisonnier est en diminution en Aveyron, contrairement au reste de l’Occitanie. Là encore, le pourcentage des emplois saisonniers du département reste modeste (36 %) comparé au reste de la région.

Les difficultés à recruter sont moins marquées dans les départements comme les Pyrénées-Orientales, le Gars ou l’Hérault. Pôle emploi note que "les bassins d’emploi où les difficultés à recruter sont les plus importantes" sont Figeac (76 %), Muret (68 %), Rodez (67 %), Mende (66 %) et Decazeville-Villefranche-de-Rouergue (65 %). La Lozère est le département présentant le plus fort taux de difficulté à recruter et fait partie de ceux ayant les plus faibles taux de chômage de la région. L’Aveyron est juste derrière. Au total, près de 8 350 projets de recrutement sont considérés comme "difficiles". Les chefs d’entreprise anticipent, pour cette année, des difficultés à recruter à cause "de la pénurie de candidats (87 %), des candidats au profil inadéquat (72 %) ou encore les conditions de travail (43 %)".

* L’enquête annuelle nationale a été réalisée entre octobre et décembre 2021 en partenariat avec le Crédoc (Le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie). En Occitanie, elle porte sur 159 800 établissements, 39 350 ont répondu à l’enquête. En Aveyron, sur les 9 330 établissements enquêtés, 2 500 ont répondu.

Plus de 277 000 projets de recrutement en Occitanie

Toujours selon l’étude annuelle de Pôle emploi, le nombre de recrutement s’élève à 277 010, soit une hausse de 12,3 % par rapport à 2021. L’Occitanie représente 9 % des projets de recrutement en France. Trois établissements interrogés sur 10 envisagent d’ailleurs d’embaucher. Le secteur de l’industrie en registre la plus forte progression par rapport à 2021, et 68 % des projets de recrutement répondent à une augmentation d’activité. 63 % des contrats envisagés sont des CDI ou des CDD de 6 mois ou plus.
La Haute-Garonne et l’Hérault concentrent 41 % des intentions d’embauche. Cinq départements présentent un taux de saisonnalité supérieur à 50 %. En Occitanie, comme ailleurs, la principale difficulté de recrutement évoquée par les entreprises reste la pénurie de candidats.
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Philippe Henry
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?