Tennis - National 4 : pour la première fois, Capdenac évite la défaite sur terre battue

Abonnés
  • Le Capdenacois Marcus Willis a, comme Mariano Kestelboim, remporté ses deux matches.
    Le Capdenacois Marcus Willis a, comme Mariano Kestelboim, remporté ses deux matches. Archives Centre Presse - Jean-Louis Bories
Publié le

Si les Capdenacois ont désormais une longueur de retard dans la course à la montée, ils ont enfin réussi à prendre des points sur ocre ce dimanche, à Coupvray (3-3), lors de la deuxième journée de National 4.

Ce n'est pas une victoire, mais pour l'entraîneur de Capdenac, Bruno Delfraissy, ça en a tout l'air. En ramenant deux points de Coupvray (3-3) ce dimanche, les Ouest-Aveyronnais ont enfin conjuré leur mauvais sort sur terre battue. "Jusque-là, on avait toujours perdu sur cette surface", rappelait le capitaine. Qui a bien cru que la couleur de l'ocre serait encore celle de l'enfer dès le premier match, quand son numéro quatre Léo Cazor (3/6) a été balayé 6-0, 6-0 par Jonathan Breda (2/6). "Son adversaire a déjà été classé 0 et a aussi remporté son duel le 1er mai à Marseille La Fourragère, favori pour la montée."

Derrière, le deuxième meilleur joueur du TCC, l'Anglais Marcus Willis (-15), a égalisé, en disposant de celui des Seine-et-Marnais, "l'ancien -15" Gauthier Champion (-2/6), en trois sets : 6-0, 3-6, 6-3. Derrière, avec la bataille perdue (4-6, 3-6) du troisième, Mayron Riols (2/6), face à Ralph Hiegel (2/6), un autre aficionado de l'argile, les Rouergats ont de nouveau pris une longueur de retard (2-1).

Kestelboim en sauveur

Puis ont cru se diriger vers leur première défaite de la saison à 6-2, 2-0 pour le Cupressien Boris Conkic (-15) contre Mariano Kestelboim (numéro 52 au classement français) dans le duel des leaders. "Le week-end dernier, c'est son petit frère, Petar, qui a été aligné, mais le grand est plus fort (ex-574e mondial), soulignait Bruno Delfraissy. Heureusement, notre recrue est une spécialiste de la terre battue." Et le combat physique imposé par l'Argentino-Polonais au Serbe de 36 ans a fini par le faire craquer physiquement (2-6, 6-3, 6-4).

À tel point qu'il n'a pas pu tenir sa place lors du premier double, après avoir été victime de crampes. De quoi faciliter la vie de la paire Kestelboim - Willis, vainqueure (6-3, 6-3) du duo Champion - Hiegel. Pour la première fois en tête au tableau des scores cumulés (2-3), Capdenac n'est pas parvenu à conserver son avantage. Puisqu'à la fin, le tandem Riols - Cazor n'a pas fait le poids (1-6, 1-6) face à celui de Coupvray : Breda - Laurent Munerat (3/6), "deux anciens 0 très complémentaires".

Malgré désormais un point de retard sur Marseille La Fourragère, le premier de la poule (seule cette place permet d'accéder au National 3), qui n'a fait qu'une bouchée de Saint-Georges-d'Orques (6-0) ce dimanche, le coach capdenacois retenait le positif : "Sans Mariano, on aurait pu tourner à 3-1 après les simples, donc je ne suis pas mécontent."

Sauf que le 614e mondial sera absent le 15 mai, pour la réception des... Marseillais. "Il sera remplacé par Morgan Salvan (2/6), de retour des États-Unis, annonce Bruno Delfraissy. Si on crée l'exploit, on sera en course pour la montée, sinon..."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?