Pour la chaîne Seasons, Cyril Kamir met les rivières de l’Aveyron à l’honneur

Abonnés
  • Cyril Kamir en compagnie de Greg et Baptiste Conquet. Futurs protagonistes du doumentaire à venir. 	@ReprocCP
    Cyril Kamir en compagnie de Greg et Baptiste Conquet. Futurs protagonistes du doumentaire à venir. @ReprocCP
Publié le

Natif de Montrozier, installé en région parisienne depuis le milieu des années quatre-vingt, Cyril Kamir a toujours gardé un pied en Aveyron. Ce département qu’il compte une nouvelle fois mettre à l’honneur dans un prochain documentaire consacré à la pêche à la mouche. Car même s’il est aujourd’hui spécialisé en addictologie, c’est bien la pêche à la mouche qui lui permet de rêver. Pour Centre Presse, le quinquagénaire par ailleurs fondateur du site Le Mouching, nous parle de ses différentes passions et de son amour pour le département. Rencontre.

Avant de parler de votre prochain documentaire "L’Aveyron à la mouche, du Nord au Sud", dites-nous comment la pêche, plus particulièrement la pêche à la mouche, fait partie intégrante de votre quotidien.

J’ai pour ainsi dire toujours pêché. D’abord parce qu’a Montrozier, quand tu es minot, il n’y a pas grand-chose à faire sinon construire des cabanes à Roquemissou. J’étais ensuite pensionnaire à Saint-Jo et quand je revenais le week-end, c’était pêche avec les potes du village. L’ouverture était un rituel. Mais j’ai ensuite arrêté de pêcher pendant très longtemps avant de retrouver le goût grâce à la littérature américaine. Dans tous les livres de Jim Harrison, de Thomas Mac Guane, il y avait toujours un moment où ils se retrouvaient au bord de l’eau pour pêcher à la mouche. Tout ça a réveillé un truc chez moi. Je suis donc venu faire l’ouverture en Aveyron avec des potes. Je pêchais encore au lancer, à la cuiller. Eux à la mouche. Et s’ils faisaient moins de poissons que moi, ils s’amusaient comme des enfants… J’ai voulu faire comme eux.

Outre le tournage d’une petite dizaine de documentaires dans différents pays du globe (Mexique, Slovénie, Espagne, Pays-Bas…) vous avez également créé Le Mouching, un site internet qui parle de la pêche à la mouche, mais pas seulement…

Quand la pêche a commencé à occuper pas mal de mon temps, j’ai décidé de lancer ce site parce qu’il répondait à mes aspirations et que je ne trouvais pas ce que je cherchais parmi les autres sites de pêche, qui donnaient l’impression d’être faits pour les grincheux (rires). La jeune génération de pêcheurs n’était pas représentée. Les mecs n’arrivaient pas à comprendre que tu peux aimer la musique, le skate, faire la fête et pêcher. Il fallait rentrer dans la case pêche, chasse, nature et tradition… Mais ce n’était pas nous.

Vous revenez fin mai pour le tournage de votre dernier documentaire "L’Aveyron à la mouche, du Nord au Sud" où vous retrouvez les guides fédéraux du coin, Baptiste Conquet et Sébastien Débouté. Que souhaitez-vous montrer ?

D’abord la richesse d’un département, que je souhaite vraiment mettre en avant. La richesse de ses rivières, le Tarn, la Jonte, la Dourbie, le Lot, l’Aveyron… Avec Baptiste Conquet qui m’a déjà accompagné sur le tournage d’un autre documentaire "Le Tour du Mont Blanc à la mouche", qui connaît le Lot par cœur, nous allons pêcher dans les rivières de notre enfance. Nous accueillons aussi, ici en Aveyron, Greg qui nous avait reçus chez lui dans la Vallée de Chamonix. C’est notre fil rouge, celui à qui nous allons présenter le département par le prisme de la pêche mais aussi de sa gastronomie. Une journée de pêche idéale commence par des tripous et se termine avec un aligot, non ?

Quand sera diffusé ce documentaire ?

L’année prochaine très certainement. Il sera diffusé sur la chaîne Seasons – 850 000 abonnés – avec qui je collabore maintenant depuis de longues années et qui apprécie, je crois, ce type de documentaires qui s’attachent davantage au plaisir de vivre, de se retrouver, de déconner ensemble autour d’une bonne bouffe qu’à l’aspect purement technique de la pêche.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Aurélien Delbouis
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?