Sylvanès : après les soupçons de pédophilie, les Dominicains mettent de côté l’œuvre d’André Gouzes

Abonnés
  • Les faits se seraient produits à Sylvanès dans les années 2000.
    Les faits se seraient produits à Sylvanès dans les années 2000. Repro CPA
Publié le

Après le signalement et l’enquête ouverte pour des actes pédophiles à l’encontre du père André Gouzes, figure historique de l’abbaye de Sylvanès et de la liturgie dominicaine, l’ordre a décidé d’écarter ses chants de son principal pèlerinage qui réunit 20 000 personnes à Lourdes chaque année.

Son œuvre est chaque année largement mise à l’honneur lors du pèlerinage du Rosaire, le rendez-vous spirituel et religieux majeur des Dominicains, qui a lieu la première semaine d’octobre à Lourdes. Le père André Gouzes qui a, dans les années 1970, participé à la reconstruction de l’abbaye de Sylvanès, et y est ensuite resté, est l’auteur d’une œuvre liturgique chorale très importante pour les Dominicains. Il est notamment à l’origine de la "Liturgie tolosane des Prêcheurs", devenue la "Liturgie chorale du Peuple de Dieu", un corpus de plus de 3 000 pages.

Ce travail s’inspire des traditions musicales du christianisme et comprend de nombreuses messes composées pour la liturgie catholique, comme la messe de Rangueil, la messe de l’Ermitage (inspiré de la tradition musicale byzantine), la messe de Sylvanès, la messe des familles, ou encore la messe de Saint-Jacques.

Une œuvre qui est chaque année au cœur d’un pèlerinage à Lourdes qui réunit depuis 1908 pas loin de 20 000 fidèles. Mais cette année, le directeur artistique du rendez-vous a fait le choix d’écarter cette œuvre liturgique des célébrations du pèlerinage du Rosaire. Sans préjuger de sa culpabilité, une enquête est en cours, le directeur artistique a estimé, dans une série de messages explicatifs sur Twitter, que cette décision restait temporaire, le temps que la justice fasse son travail.

Le témoignage de fellations imposées à un enfant de 4 ans

André Gouzes, 78 ans, aujourd’hui en proie à d’importants soucis de santé et qui a quitté l’abbaye en 2018, a passé l’essentiel de sa carrière religieuse à Sylvanès. La semaine dernière, les Dominicains, via l’Ordre des prêcheurs de la province de Toulouse, ont lancé un appel à témoignages après une série de signalements de faits "confirmés" dans des couvents de province (Bordeaux, Toulouse et Montpellier notamment), mais aussi dans des "lieux d’apostolat courants", des endroits donc où des religieux sont basés. Parmi ceux où des "faits graves de nature sexuelle à l’encontre de mineurs" ont été identifiés par les Dominicains, figure l’abbaye de Sylvanès et notamment le père André Gouzes. Une mère de victime a notamment témoigné, il y a quelques jours dans le journal La Croix.

Dans ces colonnes, elle affirme que son fils, entre l’âge de 4 et 6 ans, aurait subi des viols dans les années 2000. Le religieux aurait obligé le garçon à lui faire des fellations. Après des années de silence, la victime s’est confiée à sa mère en septembre 2021 et une enquête a été ouverte par le parquet de Rodez.
 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?